Nouvelle-Aquitaine : 732 M€ investis chaque année par les entreprises sociales pour l’habitat

 |   |  698  mots
Valérie Fournier, présidente de la fédération des ESH.
Valérie Fournier, présidente de la fédération des ESH. (Crédits : DR)
Plus de 8.713 logements sociaux ont été financés l’an dernier par les organismes HLM de la région Nouvelle-Aquitaine dont 4.516 par les entreprises sociales pour l’habitat (ESH). La présidente de la fédération des ESH était en visite à Bordeaux cette semaine.

Le parc français de logements HLM est le fruit de l'engagement de plusieurs types d'acteurs mais les 2 deux principaux organismes sociaux sont les offices publics de l'habitat (OPH) et les entreprises sociales pour l'habitat (ESH). C'est précisément la présidente de la fédération des ESH en déplacement à Bordeaux cette semaine qui a tiré le bilan de l'année 2016 dans la région, avant dernière étape de sa tournée nationale. Ainsi, plus de 8.713 logements sociaux ont été financés l'an dernier par les organismes HLM de la région Nouvelle-Aquitaine, dont 4.516 par les ESH soit 52,7 %.

732 M€ investis chaque année

Acteurs clés du logement dans la région, 12 entreprises sociales pour l'habitat gèrent un patrimoine de plus de 114.100 logements sociaux sur les 290.000 que compte la Nouvelle-Aquitaine et emploient plus de 1.466 salariés. Elles investissent annuellement 732 millions d'euros dans la construction neuve et la réhabilitation, soit plus de 12.444 emplois induits dans le bâtiment.

"La région Nouvelle-Aquitaine est l'une des plus productrices en logement neuf avec, en 2016, 4.000 nouveaux logements et 119 logements foyers", détaille Daniel Palmaro, directeur général de l'ESH Clairsienne.

Au niveau national, 10 milliards d'euros sont investis chaque année par les 240 ESH qui gèrent 2,3 millions de logements.

Au-delà du logement, un fonds pour l'insertion

Mais si la première mission des entreprises sociales pour l'habitat (ESH) est de loger les personnes et les familles éligibles au logement social, ce n'est pas la seule. La fédération des ESH a créé il y a 10 ans le fonds pour l'innovation sociale et fait le bilan.

"Ce fonds a pour ambition de réduire la facture sociale en allant au-delà du seul logement mais sans se substituer aux acteurs du social. Notre ambition est de faire grandir ce fonds et de financer entre 20 et 25 projets par an", précise Valérie Fournier, présidente de la fédération.

Doté par les ESH sur contribution volontaire, le fonds pour l'insertion finance des projets visant à combattre la précarité, rompre l'isolement, favoriser l'insertion économique, ou encore sensibiliser au développement durable. Ces mêmes projets sont portés en tandem par des ESH et des associations très ancrées sur les territoires ou des structures issues d'initiatives individuelles de professionnels qui apportent leurs expertises et leurs réseaux au service de l'économie solidaire.

12 projets lauréats en Nouvelle-Aquitaine

Au niveau national, 12 millions d'euros de contributions volontaires, dont 8,5 millions d'euros en provenance du fonds, ont permis de financer 230 projets (sur 260 présentés). Le montant moyen par projet s'élève à 34.500 euros. En Nouvelle-Aquitaine, 12 projets lauréats ont été mis en œuvre, 11 en Aquitaine, 1 en Limousin, grâce à des contributions de plus de 500.000 euros.

L'ESH Clairsienne fait par exemple partie des lauréats 2017. Son projet prévoit de confier à l'association "Ombre et Lumière" la redynamisation de la Résidence Beausite, quartier de Cenon dans l'agglomération bordelaise. A partir d'une activité sportive, la boxe, Ombre et lumière va instaurer "l'échange de bons procédés" entre les locataires.

"On ne cherche pas forcément l'idée du siècle. Le but est véritablement de renouer le dialogue", explique Valérie Fournier.

L'impact économique et social du secteur HLM

"Notre rôle n'est pas suffisamment connu", souligne toutefois Emmanuel Picard, directeur général de Mésolia, l'une des 12 ESH de Nouvelle-Aquitaine. Pour mesurer la contribution économique et sociale du secteur HLM, une étude a donc été menée au niveau national par la fédération avec le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger.

"Cette étude montre notamment que les contributions du logement social dans l'économie sont significatives. D'une part, car il permet un supplément de pouvoir d'achat à ses locataires via une baisse de loyer de 4,5 milliards d'euros. D'autre part, car le secteur dégage 0,6 % de PIB au profit de l'économie nationale et génère 260.000 emplois directs et indirects : une contribution plus forte que le privé", souligne Valérie Fournier.

Une enquête sur le même sujet est en cours pour l'ex-région Aquitaine. Les résultats devraient être dévoilés dans 6 mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :