"La finance, la clé de la réussite d’une entreprise"

 |   |  537  mots
Véronique Leblanc-Tridat vient de faire son entrée au Village by CA pour accompagner les startups.
Véronique Leblanc-Tridat vient de faire son entrée au Village by CA pour accompagner les startups. (Crédits : DR)
Véronique Leblanc-Tridat travaille pour des entreprises fragilisées en amont ou dans le cadre de procédures judiciaires mais aussi pour des startups afin de les aider à passer des paliers en terme de gestion, de structure et d’organisation. Elle intervient depuis peu au Village by CA de Bordeaux, l'accélérateur du Crédit agricole d'Aquitaine.

Elle a fait des structures fragilisées sa spécialité. Véronique Leblanc-Tridat, diplômée en comptabilité et finances à Bordeaux, travaille depuis plus de 4 ans aux côtés de PME en amont ou dans le cadre de procédures judiciaires et depuis 2 ans aux côtés de startups. Elle intervient notamment au Village by CA au cœur de Bordeaux où sont installées 12 startups. Il devrait y en avoir une vingtaine à la fin de l'année. Après avoir pris en charge des missions de responsable comptable et directrice financier dans les entreprises de Ricoh et Toyota, elle a créé sa société Kaïzeo à Bordeaux.

Qu'est-ce qu'une situation à risque pour une entreprise ?

C'est d'abord une situation non maîtrisée qui peut rapidement entraîner une crise pouvant aller jusqu'à remettre en question la pérennité de l'entreprise : accélération du rythme de gestion, dégradation des relations avec les partenaires-banques, fournisseurs ou organismes, déstabilisation de la cohésion interne et du management.

Dans le cas d'une structure fragilisée, quelle est votre démarche ?

Déjà, ce que j'apporte est un regard extérieur alors que tout le monde au sein de la société a la tête dans le guidon et que souvent le dirigeant est dans le déni. Le but est de déceler le plus rapidement possible les difficultés de fond afin d'y faire face et de conduire le changement qui va permettre le retournement. On travaille sur un retournement positif. L'idée étant d'éviter la liquidation, dans le cas d'un redressement judiciaire, la cession peut-être une très belle sortie.

Un exemple peut-être ?

C'est ce qui s'est effectivement passé avec une entreprise de 150 salariés que j'ai suivie. J'ai aidé le dirigeant dans l'administration générale de l'entreprise, dans son rapport avec les créanciers et les salariés mécontents. Pendant trois mois, nous avons travaillé avec l'expert-comptable avec un objectif commun : celui de sortir par le haut, et ici, en l'occurrence si possible céder le fonds de commerce pour sauver le maximum d'emplois. A ce jour, l'entreprise a été cédée et cette issue, loin d'être envisagée à l'ouverture de la procédure, a été une vraie satisfaction pour tous les intervenants sur ce dossier.

Quel rapport avec le travail que vous menez auprès des startups ?

C'est un environnement différent mais complémentaire. La startup peut être fragilisée en raison de sa forte croissance. L'idée est d'aider ces structures déjà matures à passer des paliers en matière de gestion, de structure et d'organisation. Un business model complexe allié une forte croissance peut conduire une startup prometteuse à une situation financière extrêmement critique.

Quelle est la clé de la réussite d'une entreprise ?

En un mot, la finance mais de manière générale il est important de renforcer les fonctions support de l'entreprise. Un poste est particulièrement stratégique dans l'entreprise, celui de directeur administratif et financier parce qu'il doit être capable  d'organiser, de coordonner la gestion financière avec la politique générale de l'entreprise tout en encadrant les services comptables et financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :