Champeil scrute le ciel boursier à la recherche des spectres d’Halloween

 |   |  625  mots
Le célèbre Pikachu a été convoqué à New-York l'an dernier.
Le célèbre Pikachu a été convoqué à New-York l'an dernier. (Crédits : REUTERS/Shannon Stapleton)
En mai 2017 l’économie européenne est bien plus solide qu’en 2015, analyse Axel Champeil, PDG de Champeil Asset Managemen (CAM), à Bordeaux. Et puis les esprits d’Halloween, qui gouvernent tout un cycle boursier outre-Atlantique, n’ont pas encore frappé en France.


Comme l'évoque Axel Champeil à la fin de la "Lettre des gérants" datée de mai 2017 et livrée avant l'issue du second tour de la présidentielle, il n'était pas encore possible de savoir en début de mois si le fameux cycle boursier américain, qui veut que les actions cotées en Bourse engraissent au maximum entre la fête d'Halloween et le mois de mai sera validé cette année dans l'Hexagone. En début de mois Axel Champeil se tenait prêt sans appeler pour autant les boursicoteurs à enclencher le programme : "sell in may and go away" ("vendez en mai et partez"), c'est-à-dire à solder ses comptes pour disparaître du marché boursier avant la fin mai.

Le gestionnaire avertissait toutefois qu'une réaction à la hausse des marchés financiers à l'issue du second tour de l'élection présidentielle en France, pourrait provoquer un nouveau courant haussier et valider le cycle d'Halloween. En cas de hausse post second tour Axel Champeil ne le cachait pas, "nous serons tentés de prendre nos bénéfices et réduire le profil de risque de nos portefeuilles, sans remettre en cause notre confiance de long terme". Mais comme le décrit avec précision Axel Champeil au début de sa "Lettre des gérants", les marchés ont comme à leur habitude anticipé et, "au lendemain d'un très bon premier trimestre boursier, la solidité des marché s'est confirmée à la veille du premier tour".

Un mois de mai encore à la hausse

La Bourse a gagné +4 % dès que l'affiche du second tour, Marine Le Pen-Emmanuel Macron, a été connue. Et puis le CAC 40 a perdu 0,91 % le 8 mai, au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. La semaine a été à l'avenant avec une évolution étale. L'indice des 40 premières valeurs cotées à la Bourse de Paris affichait ainsi 5.386 points ce vendredi à la mi-journée contre 5.382 lundi à la clôture. Le mois de mai n'est pas encore fini mais il ne porte en France encore aucune empreinte boursière du cycle d'Halloween.

Axel Champeil se félicite du retour du CAC 40 "à ses niveaux de 2008 (pré-faillite de Lehman Brothers) et au-dessus des points hauts atteints en 2015... ". De plus le PDG de CAM estime que les signes de fragilité économique qui inquiétaient sur l'avenir le l'Europe il y a encore deux ans semblent bien avoir disparus, avant de faire un son mea culpa au sujet de la volatilité. Admettant que cette dernière n'était pas restée forte comme il avait pu le pronostiquer il y a quelques mois "compte tenu de la multitude de risques auxquels nous sommes confrontés et amplifiés par l'abondance de liquidités".

Macron c'est l'Europe

C'est ainsi que l'on comprend que la politique monétaire accommodante menée par Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne "a eu l'effet recherché, à savoir, apaiser le système financier et favoriser la prise de risque" c'est bien mais trop confiné à la sphère financière observe Axel Champeil, "il reste encore à espérer que cela se propage davantage dans l'économie réelle, principalement en Europe et que nous puissions normaliser cette politique accommodante sans heurts" souligne-t-il, toujours convaincu semble-t-il des gros risques sous-jacents que va générer ce retour à la normale.

Pour les investisseurs, la victoire d'Emmanuel Macron c'est celle du projet européen décrypte Axel Champeil. Autrement-dit à court terme les voyants sont au vert "et incitent à accompagner le mouvement", tout en restant quand même prudent. "Nous attendrons néanmoins une pause de marché et un regain de volatilité momentané pour accroître nos positions" prévient ainsi le PDG de CAM.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :