Le Robot Makers’Day de retour demain à Bordeaux

 |   |  762  mots
Le Robot Makers' Day a lieu vendredi 12 et samedi 13 mai.
Le Robot Makers' Day a lieu vendredi 12 et samedi 13 mai. (Crédits : Robot Makers's Day)
Demain et samedi, l’Enseirb Matmeca accueille sur le campus de Talence la 3e édition du Robot Makers’ Day. Ce grand rendez-vous de roboticiens et de coboticiens rassemble industriels, chercheurs, enseignants et passionnés, autour d’une expérience transdisciplinaire et intergénérationnelle de la robotique.

Les grands thèmes 2017 gravitent autour de l'innovation technologique, la pédagogie, la création artistique, le développement économique tout en plaçant l'humain au cœur de cette dynamique : une trentaine de stands de makers et des invités pointures en la matière sont rassemblés vendredi et samedi sur le campus de Talence à Bordeaux INP Enseirb-Matmeca pour le 3e Robot Makers' Day.

"Le Robot Makers' Day est un objet hybride, un concilium qui réunit innovation, recherche et développement et acteurs éducatifs du monde de la robotique. C'est un ouvre-boîte qui permet aussi aux petites et moyennes entreprises qui n'ont pas les moyens de développer des stratégies de bénéficier de ces dispositifs publics et de collaborer. Avec le Robot Makers' Day on provoque la mise en relation, on veut créer une communauté", explique Denis Lapoire, organisateur du Robot Makers'Day, maître de conférences à l'Enseirb-Matmeca et responsable de l'option robotique.

Le RoboCup bientôt à Bordeaux ?

Cette année, le Robot Maker's Day mettra en avant la RoboCup, compétition mondiale de robotique ayant pour défi initial de créer une équipe de robots capable de battre l'équipe de football "humaine" championne du monde d'ici à 2050. En 2016, la victoire de l'équipe Aquitaine Rhoban, devenue championne du monde, a propulsé la région sur le devant de la scène.

"Notre objectif c'est de mobiliser des équipes de collégiens et d'organiser la prochaine RoboCup à Bordeaux en 2020", annonce Denis Lapoire.

Entre développement économique, recherche technologique et compétition, la Robocup offre l'opportunité pour la Nouvelle Aquitaine d'inscrire sa maîtrise en matière de robotique à l'échelle du monde.

Bordeaux : une longueur d'avance ?

En Nouvelle-Aquitaine, certaines structures sont de véritables tremplins pour le développement économique de la filière et l'innovation. C'est le cas d'Aquitaine Robotics, cluster qui structure la filière robotique régionale, accompagne les projets collaboratifs de R&D et développe des compétences en recherche scientifique et formation. Avec un tissu de recherche particulièrement actif sur le sujet et le fablab à Cap Sciences, plateforme ouverte dans lequel des porteurs d'idées peuvent expérimenter et développer leur prototype, Bordeaux se démarque en France et en Europe grâce à des acteurs extrêmement innovants et compétitifs dans la production robotique. A l'image de Generation Robot, jeune société devenue leader européen de la vente en ligne de robots programmables qui s'est récemment diversifiée vers l'industrie, d'Aerospline, spécialisée dans la robotique de production et de construction de structure d'avion, ou encore de Lucas Robotics à Bazas, entreprise aujourd'hui reconnue comme leader européen en robotique cartésienne de haute précision.

"Au début de l'ère de la cobotique"

Depuis une vingtaine d'année, la robotique déferle sur l'industrie. Longtemps développé pour évoluer en totale autonomie, le robot était conçu pour travailler à la place de l'humain et réaliser des tâches ingrates et répétitives. Mais les experts sont unanimes, la véritable révolution robotique ne fait que commencer. Certains secteurs comme la cobotique sont en plein essor et s'apprête à réenchanter le monde de l'industrie. Le robot travaille désormais main dans la main avec l'homme et devient collaboratif. On parle de coopération homme/robot et non de remplacement de l'homme par le robot.

"Nous ne sommes qu'au début de l'ère de la cobotique, qui offre de multiples opportunités pour les PME notamment, car son coût d'acquisition est limité et la maîtrise du geste conservé. La cobotique est une extension de l'homme, l'homme garde le contrôle", souligne Denis Lapoire.

En 2014, 2.500 cobots ont été vendus dans le monde, soit 90 % de plus qu'en 2013. Selon une étude réalisée par Barclays, les ventes devraient exploser et représenter 150.000 unités en 2020. Dans le Bordelais, Jérome Laplace, fondateur de Génération Robots, est le pionnier de la robotique collaborative. Cette année, l'entreprise prévoit d'atteindre les 3 millions d'euros de chiffre d'affaires.
Le Robot Maker's Day sera l'occasion d'en découvrir davantage en la matière avec la conférence proposée demain vendredi, à 11 h, sur le thème "Cobotique : quelle réalité des marchés en France et dans le monde ? Comment y accéder ?", autour de professionnels renommés et spécialistes en la matière tels que Catherine Simon (Innorobo), Maxime Hardouin (Universal Robots), Jérôme Laplace (Rethink Robotics), Mauro Giaccone (Comau) et Emmanuel Bergerot (Kuka France).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2017 à 16:00 :
bonjour

est-ce que l'entrée est payante et combien ?
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :