Sans réservation ni station, un nouveau service d’autopartage bientôt à Bordeaux

 |   |  493  mots
Les nouvelles voitures Yea! devraient arriver sur Bordeaux le 3 mai prochain.
Les nouvelles voitures Yea! devraient arriver sur Bordeaux le 3 mai prochain. (Crédits : AutoCool)
Des voitures en libre-service 24h/24, accessibles sans réservation et pouvant être stationnées n'importe où en ville : le nouveau service d'autopartage Yea! sera bientôt disponible sur Bordeaux. En attendant, une campagne de crowfunding est lancée jusqu’à vendredi.

Il existe déjà Citiz à Bordeaux, un service de location de voitures en libre-service "classique" avec réservation et avec station. 66 voitures sont en circulation, de la citadine au monospace, et 32 stations disponibles. Dans les semaines qui viennent, un concept complémentaire va voir le jour avec Yea!, un service de location de voitures en libre-service en "freefloating" c'est-à-dire sans réservation et sans station. 20 véhicules, uniquement des smarts, seront mis en circulation dans un premier temps.

"L'idée de Yea! est simple. On repère un véhicule garé n'importe où dans la zone de dépose (intra-boulevard pour commencer), on y accède avec son badge, on l'utilise sans avoir à dire l'heure de fin et on met un terme à la location en le déposant n'importe où dans la zone de dépose", explique Nicolas Guenro, fondateur de la coopérative AutoCool qui gère déjà Citiz à Bordeaux, un service d'autopartage déployé nationalement.

Citiz

32 stations Citiz sont en service dans la métropole bordelaise.

Crowdfunding : un objectif de 10.000 euros

Mais avant le lancement de Yea! prévu le 3 mai prochain, AutoCool, qui a besoin d'un dernier coup de pouce, a lancé une campagne de crowfunding ouverte sur Ulule jusqu'à vendredi 14 avril inclus. Elle recherche 10.000 euros qui permettront notamment de renforcer l'équipe des salariés de la société.

AutoCool est une association créée en 2001 et transformée en 2008 en Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), entreprise à vocation non lucrative. Le capital est détenu majoritairement par près de 200 abonnés-sociétaires, et les éventuels excédents de gestion sont réinvestis pour au moins 67 % dans la coopérative. La SCIC, qui a perçu 20.000 euros de Bordeaux Métropole en 2016 sur un budget de plus de plus de 700.000 euros, précise être "dans quelque chose de l'ordre de la construction collective qui correspond à la politique de mobilité de la métropole notamment en matière de la baisse du recours à la voiture autonome et du stationnement."

Un CA en hausse de 15 %

Alors qu'avec Citiz, l'idée est de remplacer la première voiture d'un foyer, Yea ! propose d'être une alternative à la deuxième voiture.

"Dans le premier cas, nous nous adressons à un public de plus de 35 ans, dans le second aux 18-35 ans et donc en majorité des jeunes plus connectés", explique Nicolas Guenro.

Le tarif horaire débute à 2,50 euros. Sachant qu'une journée fait 10 heures, le prix s'élève à 25 euros auquel il faut ajouter le prix au kilomètre, à savoir 35 centimes jusqu'à 50 kilomètres et 17 centimes au-delà. Tout le reste est compris : assurance, carburant, stationnement."

Nicolas Guenro précise que Citiz Bordeaux est à l'équilibre depuis 2 ans. L'année 2016 a affiché une croissance 15 % de son chiffre d'affaires (600.000 euros HT). Plus de 250 clients se sont inscrits l'année dernière pour un total de 2.500 utilisateurs. "Nous sommes dans une bonne dynamique que l'on veut amplifier", déclare Nicolas Guenro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :