Vins de Bordeaux : les ventes en baisse de 3 % en 2016

 |   |  581  mots
L'enjeu est primordial pour notre filière ; nous devons renouer rapidement avec des volumes de commercialisation au-dessus de 5,5 Mhl, a déclaré hier Allan Sichel, président du CIVB.
"L'enjeu est primordial pour notre filière ; nous devons renouer rapidement avec des volumes de commercialisation au-dessus de 5,5 Mhl", a déclaré hier Allan Sichel, président du CIVB. (Crédits : LTB / Mikaël Lozano)
Le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) a dressé hier à Paris le bilan de l’année 2016. S’il annonce un grand et généreux millésime 2016 (+ 9% par rapport à la récolte 2015), les ventes de vins de Bordeaux ont baissé de 3 % l'année dernière en volume et en valeur.

C'est sur une note positive qu'a insisté pour commencer Allan Sichel, président du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), qui présentait hier à Paris le bilan de l'année 2016.

"A la différence de beaucoup de régions, le vignoble de Bordeaux a été globalement épargné par les intempéries et le volume 2016 est satisfaisant : 5,8 millions d'hectolitres en hausse de 9 % par rapport à la récolte 2015."

Commercialisation en baisse de 3 %

Les ventes de vins de Bordeaux ont en revanche baissé de 3 % l'année dernière en volume et en valeur en France et à l'export. En 2016, 4,73 millions d'hectolitres ont été commercialisés, soit l'équivalent de 630 millions de bouteilles, pour une valeur de 3,65 milliards d'euros. "Notre commercialisation est toujours impactée par la petite récolte de 2013 et les récoltes moyennes de 2014 et 2015", précise Allan Sichel.

Dans le détail, en France, en grandes et moyennes surfaces, qui représentent 46 % des volumes de Bordeaux vendus en France, les ventes sont en baisse de 3 % en volume (166 millions de bouteilles) et de 1 % pour le chiffre d'affaires (886 M€).  A noter toutefois que sur un an, les ventes de vins de Bordeaux en bouteille (75 cl) sont en progression sur les tranches de prix les plus valorisées : +3 % pour les bouteilles vendues entre 5 et 15 euros et +1% pour les bouteilles vendues à plus de 15 euros. Les volumes inférieurs à 3 euros la bouteille (75 cl) représentent aujourd'hui 17 % des ventes de Bordeaux contre 41 % en 2007.

A l'export (42 % de la commercialisation), les vins de Bordeaux restent stables en 2016. Les pays tiers affichent une belle progression (+6 %) et atteignent des niveaux record sur la Chine (le plus haut niveau depuis 2012) et les Etats-Unis (le plus haut niveau depuis 30 ans). Les expéditions vers l'Union Européenne sont en revanche plus affectées (-10% en volume et -16% en valeur). Elles ne représentent plus que 35 % du volume total exporté et 26 % de sa valeur.

"L'enjeu est primordial pour notre filière. Nous devons renouer rapidement avec des volumes de commercialisation au-dessus de 5,5 Mhl", insiste Allan Sichel. "Cette reconquête, conformément au Plan Bordeaux Demain, ne doit donc pas se faire par le prix le plus bas mais par la mise en avant de nos vins par l'attractivité, le goût, le plaisir et la diversité. Le niveau de qualité et la quantité du millésime 2016 doit nous donner la sérénité nécessaire pour nous projeter avec ambition, confiance et détermination."

Le "Plan Bordeaux Demain" en cours de réactualisation

Le plan stratégique intitulé "Bordeaux Demain" avait été lancé il y a 7 ans par le CIVB. Parmi les 30 mesures qui le constituaient, 28 ont été totalement ou partiellement réalisées. "La situation s'est améliorée mais des défis importants demeurent" explique Allan Sichel. Le CIVB a donc relancé fin 2016 une large réflexion afin de formaliser un nouveau plan : Bordeaux, ambition 2025. "Tout le travail de 2017 sera d'impulser ce plan d'ensemble autour de 3 axes forts : une ambition partagée, une dynamique filière à stimuler et une mise en œuvre au travers d'un plan d'action clair et construit collectivement."

Dans le domaine du développement durable, un autre plan, le plan de réduction de l'usage des pesticides avait été signé en juillet 2016 avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, la Préfecture de région et la Chambre d'agriculture de la Gironde. Bilan : aujourd'hui 55 % du vignoble bordelais est engagé dans une démarche environnementale (viticulture biologique, biodynamique, intégrée et raisonnée). L'objectif est d'engager 100 % du vignoble.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :