Transformation numérique : la Compagnie fiduciaire lance sa solution Izzy

 |   |  663  mots
(Crédits : Compagnie fiduciaire)
Le groupe d'expertise comptable Compagnie fiduciaire, qui a créé ces deux dernières années deux sociétés, "Ça compte pour moi" et "Ça crée pour moi", proposant à ses clients des solutions 100 % digitales, vient de lancer son offre numérique Izzy, destinée à ses clients traditionnels. Une nouvelle étape dans la transformation numérique de la société.

Après avoir créé un cabinet 100 % digital "Ça compte pour moi" puis un service 100 % dédié à la création d'entreprise "Ça crée pour moi", le groupe Compagnie fiduciaire, cabinet d'expertise comptable et de commissariat aux comptes créé il y a 35 ans à Bordeaux, lance sa solution Izzy, dédiée à la relation client classique.

"Nous étions en tant qu'associés interpellés sur la simplification de nos tâches. Nous avons organisé un brainstorming sur le thème "le cabinet du futur", nous avons imaginé  le cabinet idéal où tout est merveilleux. Ensuite, nous avons confronté cet idéal aux normes, règles, lois et autres choses impossibles. En parallèle, il a fallu anticiper l'arrivée d'acteurs internationaux comme Quickbooks. La tenue comptable est un élément très significatif dans la profession donc il faut être capable d'être compétitif sinon notre activité est vouée à disparaître", explique Jean-Philippe Romero, PDG de la Compagnie fiduciaire qui, avec 500 collaborateurs, quelque 11.000 clients et 22 sites dans le grand Sud-Ouest de la France ainsi qu'à Paris, réalise un chiffre d'affaires de 37 M€.

"Ça compte pour moi" est créée début 2015, suivra un an plus tard "Ça crée pour moi" qui permet au client d'être 100 % autonome pour sortir les statuts de sa société. Les associés du cabinet sont partis d'une page blanche pour savoir comment digitaliser leurs actions et y mettre de la valeur ajoutée.

Pilotage de l'entreprise en temps réel

"En inventant cet outil qui est un agrégateur de données bancaires, nous remplissons nos activités d'experts-comptables par Internet. Nous présentons nos bilans par web conférence, donc nous avons complètement dématérialisé cette relation, même si derrière l'ordinateur il y a un collaborateur qui connaît le client. Izzy a été conçue dans le même esprit sauf que le client continue à rencontrer physiquement son expert-comptable. Il s'agit en fait de deux mondes différents, nous n'avons pas eu de clientèle qui a glissé de l'un à l'autre. Les 100 % digitaux sont de nouveaux clients."

Izzy, qui se présente comme un outil de gestion en ligne pour un pilotage en temps réel de l'activité de l'entreprise, propose plusieurs niveaux de service. Pour convaincre ses clients traditionnels, dont certains se montrent réticents, à l'inverse des clients de "Ça compte pour moi" qui sont souvent aussi clients de banques en ligne et sont donc déjà convertis au numérique, la Compagnie fiduciaire offre pour l'instant sa solution Izzy, lancée fin 2016. "Mais ça ne durera pas", prévient le PDG. Car la démarche a nécessité des investissements importants, que la société tient à garder confidentiels, tout juste concédant qu'il s'agit d'investissements lourds, en termes financiers, humains, "parce que nous avons internalisé la solution, nous voulions maîtriser l'outil", rappelle Jean-Philippe Romero. Et ce n'est pas fini.

Veille technologique

"C'est un investissement permanent. Certaines choses marchent, d'autres moins, donc c'est du développement en permanence. Il faut regarder ce qui se passe dans notre métier, surtout en dehors de la profession, dans le monde du digital. Aujourd'hui c'est formidable : nous avons des idées tous les jours, ça fourmille, moi ça m'enthousiasme, nous ne sommes encore qu'au début de ce que nous pouvons faire, puisqu'il faut également regarder ce que font les autres prestataires de service comme les banques ou les assurances."

Une veille technologique très importante, qui se fait en parallèle des retours des clients, pour ne pas proposer des services qui ne convaincraient pas et nécessitent aussi d'être suivis en interne. Car la révolution est aussi à l'intérieur de l'entreprise.

"L'enjeu c'est de retirer du temps pour le mettre au service du conseil, de l'écoute, du travail sur les hypothèses budgétaires : c'est un service intéressant à coût ISO pour le client. Et cela nous permet d'améliorer notre relation client."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :