Frédéric Dosquet : "L’innovation agile, une nécessité absolue"

 |   |  721  mots
Frédéric Dosquet, co-auteur de L'innovation agile - Guide de survie dans un monde en disruption
Frédéric Dosquet, co-auteur de "L'innovation agile - Guide de survie dans un monde en disruption" (Crédits : DR)
Frédéric Dosquet est docteur en sciences de gestion, diplômé de l’ESCP Europe et auditeur de l’IHEDN. Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, il est enseignant-chercheur à l’ESC Pau et assure régulièrement des chroniques dans les médias au sujet de la communication et du marketing. Il co-publie aux éditions ENI "L'Innovation Agile - Guide de survie dans un monde en disruption".

Qu'est-ce que l'innovation agile et pourquoi ce livre ?

Il s'agit d'une nécessité absolue pour toute organisation : l'innovation et l'agilité sont les deux termes qui dans l'économie d'aujourd'hui vont permettre de pérenniser tout type d'organisation. L'agilité c'est le côté managérial ou comment on intègre l'innovation nécessaire dans toute l'organisation. Donc on parle de quelque chose qui relève du marketing et du management. L'innovation est plus tournée vers l'extérieur de l'organisation vis-à-vis des concurrents et des cibles (clients) et l'agilité est plus en rapport avec le management : il s'agit de faire vivre cette innovation en interne.
On s'appuie sur des sciences dures dans ce livre. "Celui qui n'évolue pas disparait" (Darwin) : c'est en cela que l'innovation est capitale. On le sait tous : l'innovation a du mal à passer, ça change les habitudes. L'agilité vient dynamiser en interne cette innovation.
L'organisation qui n'innove pas stagne. Le monde économique étant dynamique, quelqu'un qui stagne sort du marché.

Votre vision est axée sur le marketing de l'offre. Pouvez-vous expliquer ?

C'est l'offre qui crée la demande. On appelle ça le marketing guerrier : pas faite pour la demande mais pour éliminer les offres qui stagnent. Uber c'est bien mais pour Uber, vis-à-vis d'une confrérie, les taxis, qui n'arrivent pas à bouger. L'appli mobile, ce sont les taxis de G7 qui l'avaient inventée technologiquement. Uber n'y a mis que du gratuit.

Votre intention est de montrer que l'innovation n'est pas que technologique ?

L'innovation peut se faire par la variable prix ou la distribution. Dell est devenu numéro 1 mondial en innovant par la variable distribution, en s'affranchissant des revendeurs.
Autre exemple : La Compagnie, compagnie aérienne française qui innove sur les variables prix et produit. Dans le transport aérien, ce sont les sièges en business qui sont les plus rémunérateurs. Le problème pour Air France, c'est que la classe business, personne n'y va parce que c'est trop cher. La Compagnie transforme tout l'avion en classe business, donc c'est moins cher, donc les gens y vont. Ils prennent le créneau le plus rentable et le standardisent et ça c'est hyper innovant.
Tous les éléments du mix peuvent servir pour innover. Uber, c'est zéro voiture et zéro chauffeur, mais c'est valorisé à 68 milliards de dollars, c'est-à-dire le double de Renault. Je métamorphose le marché mais avec zéro produit. On en pense ce que l'on veut en tant que citoyen, mais d'un point de vue business, c'est efficace. Le livre ne prend pas parti là-dessus. On explique en quoi l'innovation doit permettre une agilité dans l'entreprise.

Vous parlez dans ce livre de l'agilité comme une notion incontournable de l'innovation mais aussi du CorpUp comme étant LA méthode de l'innovation radicale. De quoi s'agit-il ?

Le CorpUp, c'est instituer le startup inside. Il s'agit d'instituer au sein d'une organisation l'esprit startup. Nous sommes cinq co-auteurs dans ce livre (1) dont le père de ce CorpUp, Bertrand Dour. Il est précurseur dans cette méthode qui consiste à fusionner le meilleur de la startup avec les avantages de grands groupes. Et l'idée c'est de reprendre des cas concrets.
Ce livre propose des préfaces de Tomtom et Somfy. Tomtom, c'est l'innovation même. L'idée géniale, c'est comment on amène à garder cette fibre de la startup tout en étant un grand groupe. L'idée est de se remettre en question, c'est ça l'agilité, il faut être en continu dans le mouvement.
Dans sa préface, le manager général innovation de Somfy explique qu'en interne il a fallu innerver cette société par l'agilité. Il s'agit d'innover par rapport à la cible finale et par rapport à la cible interne.
C'est un livre qui s'adresse à tous ceux qui peuvent être impactés par l'innovation d'autrui. C'est pour cela que l'on ne parle pas de marketing de l'offre : ce sont les entreprises qui innovent, pas les consommateurs : c'est toujours l'offre qui a besoin d'innover, le marketing n'est pas philanthrope.

-----------------------

(1) "L'Innovation Agile - Guide de survie dans un monde en disruption". De Arie Van Bennekum, Eric Dosquet, Jean-Christophe Conticello, Bertrand Dour, Frédéric Dosquet. Préfaces de Corinne Vigreux, cofondatrice de TomTom et de Serge Darrieumerlou, manager général innovation Somfy. Editions ENI, 45 €.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 10:12 :
P.S.: Sinon ya aussi le tarot, à 5...
a écrit le 28/02/2017 à 10:11 :
"Il est précurseur dans cette méthode qui consiste à fusionner le meilleur de la startup avec les avantages de grands groupes."

Mouais ça fait trente ans que je vois les transports routiers "Oracle" (je crois bien) et sur leurs camions est écrit en gros :"La souplesse d'une PME et la puissance d'un grand groupe."

Côté "précurseur" heu... Si vous vous êtes mis à 5 pour ça ben c'est qu'il semblerait que vous ayez pas mal de temps à tuer quand même hein mais bon pour vous c'est bien.
a écrit le 27/02/2017 à 21:17 :
L'innovation "agile" ? On se demande ce que serait une innovation "empesée"... Trop de diplômes tue les diplômes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :