Bordeaux : Asobo Studio va recruter 50 personnes

 |   |  604  mots
David Dedeine et Sébastian Wloch, co-dirigeants d'Asobo Studio
David Dedeine et Sébastian Wloch, co-dirigeants d'Asobo Studio (Crédits : Appa)
David Dedeine, cofondateur et directeur d'Asobo Studio, était l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre de Biznext 2016. Historiquement dédiée au développement de jeux vidéo, cette entreprise bordelaise créée par des anciens de Kalisto se développe désormais aussi dans les hologrammes et leurs applications industrielles aux perspectives multiples. Avec 50 recrutements annoncés pour les 18 prochains mois.

Dans l'interview vidéo qu'il a accordée à La Tribune Bordeaux lors de Biznext 2016, David Dedeine, cofondateur d'Asobo Studio qu'il dirige avec Sébastian Wloch, annonce le recrutement de 50 personnes dans les 18 mois qui viennent. L'entreprise bordelaise fondée par 12 anciens de Kalisto il y a 15 ans, développeur de jeux vidéo, a créé une filiale pour développer les applications industrielles multiples des hologrammes, après avoir travaillé sur le casque de réalité augmentée HoloLens de Microsoft.

"Nous avons travaillé pour Disney, Pixar (Toy Story, Ratatouille...) ce qui nous a donné le crédit ensuite pour être abordés par des partenaires prestigieux comme Microsoft qui, notamment quand il a eu besoin de faire un jeu grand public pour enfants comme Kinect, s'est tourné vers Pixar. Comme nous étions un développeur avec une expérience dans ce domaine, il s'est tourné vers nous, nous avons pu faire nos preuves avec eux et c'est comme ça que finalement nous avons eu la chance d'être parmi les premiers à travailler sur la technologie HoloLens pour leur compte", raconte David Dedeine dans cette interview.

Lire aussi : Le meilleur studio français de jeux vidéo est bordelais

Un champ d'applications incroyable

Il explique comment ce casque qui fonctionne sans fil et a la capacité de scanner l'environnement pour arriver à placer les hologrammes avec pertinence dans le champ de vision de l'utilisateur peut s'appliquer aussi bien pour les jeux que pour les applications B to B de maintenance ou de training.

La société, en croissance, qui emploie 110 personnes, y voit donc un créneau de développement important dans la réalité augmentée et annonce qu'elle va recruter 50 personnes dans les 18 mois : ingénieurs en programmation, managers, animateurs graphistes, designers, etc. A peu près tous les corps de métiers à différents niveaux d'expérience, précise David Dedeine.

"Notre problématique était que Microsoft a fait appel à nous très en amont donc nous avons une vraie expertise et un vrai temps d'avance. On sait bien qu'il peut disparaitre très rapidement car on va être rattrapé par des entreprises si on ne fait rien. En l'occurrence il se trouve que nous avions fait des jeux vidéo, ces jeux ont poussé au maximum les capacités de la machine mais aujourd'hui les jeux vidéo c'est pour le grand public, or Hololens n'est pas prêt pour le grand public. En revanche, il l'est pour des applications typiquement industrielles."

"Nous ne voulons pas exploser"

Et la société compte bien capitaliser sur toute la R&D investie ces dernières années avec Microsoft en l'appliquant au B to B. Asobo Studio a donc créé HoloForge Interactive avec 15 personnes dédiées et cherche des partenaires qui vont lui permettre de maintenir ce temps d'avance en travaillant sur des projets innovants pour améliorer la productivité dans une entreprise, que ce soit dans l'industrie, l'immobilier, le médical, etc.

"Il y a un champ d'application incroyable, c'est ce qui est génial. Nous avons une vraie curiosité pour ça, c'est incroyable le nombre d'applications possible, on découvre tous les jours des problématiques où les hologrammes apportent des solutions à des problèmes qu'on ne pouvait même pas imaginer, et c'est passionnant."

Le co-dirigeant de la société, qui a enregistré 8 M€ de CA en 2015 et prévoit de poursuivre sa croissance cette année, veut malgré tout prendre le temps de bien faire les choses : "Nous voulons garantir la qualité de ce que nous faisons, donc nous le faisons raisonnablement, nous ne voulons pas exploser."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :