CGI recrute 235 personnes en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  746  mots
Olivier Foix, vice-président de CGI France, 3e du top 100 du Palmarès des entreprises qui recrutent à Bordeaux et dans sa métropole en 2017.
Olivier Foix, vice-président de CGI France, 3e du top 100 du "Palmarès des entreprises qui recrutent à Bordeaux et dans sa métropole" en 2017. (Crédits : Appa)
Le groupe international de services en technologies de l’information CGI recrute 1.800 personnes en France cette année dont 235 en Nouvelle-Aquitaine. Les sites de Bordeaux, Pau et Niort sont concernés par ces embauches effectuées à parité sur des profils débutants et expérimentés.

Le groupe canadien CGI, 5e acteur mondial indépendant des services en technologies de l'information, a annoncé son intention de recruter cette année 1.800 collaborateurs sur ses 22 sites en France et au Luxembourg pour accélérer l'accompagnement de la transformation numérique de ses clients. Les profils concernent les jeunes diplômés, mais aussi des consultants confirmés/seniors, des experts solutions (Java, CRM, data, IOT, etc.) et des experts métiers (achats, supply chain, finance, RH, etc.), les compétences sectorielles étant aussi recherchées (banque/assurance, aéronautique, industrie, énergie, secteur public, retail, etc...).

En Nouvelle-Aquitaine, les recrutements concernent les trois sites du groupe au Haillan dans l'agglomération bordelaise, Pau et Niort.

190 recrutements au Haillan

Le groupe qui compte 800 salariés au Haillan, où il a recruté plus de 70 personnes l'an dernier, y annonce 190 recrutements pour 2017, avec, pour les débutants, un modèle de recrutement multicanal qui va de l'alternance aux stagiaires majoritairement en fin d'études (débouchant sur un CDI) et passant par les jeunes diplômés arrivant sur le marché de l'emploi.

La société travaille également avec Pôle emploi dans le cadre de POEI (Préparation opérationnelle à l'emploi individuelle), biais par lequel la société sélectionne des profils notamment scientifiques qui veulent se reconvertir vers le numérique. La dernière des trois sessions menées avec Pôle emploi concernait neuf personnes.

"Nous recherchons par ce biais des profils scientifiques que nous sommes en mesure de former. Aujourd'hui nous constatons que les modèles changent, un peu moins de jeunes en stage, l'alternance se développe beaucoup, et nous avons des candidats qui se reconvertissent", explique Olivier Foix, vice-président de CGI France et directeur de la région Aquitaine.

CGI, qui a déjà commencé à recruter assez vite dès janvier, recherche également des profils plus expérimentés : experts en business intelligence, big data, cyber sécurité, etc., mais aussi des profils qui ont une double compétence "métier", avec une appétence pour la technologie alliée à une compétence en logistique, finance, par exemple ou à des compétences "secteur" ciblées dans la région sur l'aéronautique, la banque, l'énergie, avec une culture système d'information et digital.

"C'est un équilibre qui nous intéresse, il est important que nos collaborateurs comprennent les enjeux de ces secteurs d'activité pour être en mesure d'accompagner nos clients dans leur transformation numérique."

A Pau, où CGI compte 35 collaborateurs, 5 recrutements sont programmés, sur des compétences orientées Microsoft ou business intelligence.

A Niort, qui rassemble 85 collaborateurs, CGI propose la même typologie de recrutements jeunes/expérimentés, même équilibre, mêmes technologies, mais sur des secteurs différents de Bordeaux, avec des compétences recherchées dans l'assurance. 40 personnes doivent être recrutées cette année à Niort, où l'activité du groupe se développe fortement.

Accompagner la transformation numérique

"Ce volume important de recrutements est dû à notre secteur d'activité, explique Olivier Foix. Toutes les entreprises se posent aujourd'hui des questions sur leur transformation dans un monde numérique, face à des concurrents qui émergent sur le marché en étant numériques dès leur création."

La problématique  des entreprises étant de savoir comment développer leur business, comment améliorer l'expérience client, comment se positionner par rapport à la concurrence, dont les nouveaux acteurs du marché. Des clients qui doivent se transformer pour faire face à des coûts qu'il est nécessaire d'optimiser notamment par rapport aux exigences de sécurité ou réglementaires, en faisant évoluer les organisations et les systèmes d'information. Une  évolution qui, entre coût d'exploitation qui augmentent et besoin de se différencier qui s'accélère, génère des projets et donc des investissements.

"Sur la transformation numérique des entreprises, nous intervenons sur trois volets d'activité : le conseil sur la transformation numérique, l'intégration de ces systèmes (nouveaux produits, nouvelles solutions), enfin le maintien en condition opérationnelle de ces systèmes d'information avec des coûts de fonctionnement à la baisse, en sachant qu'il existe des contraintes bien souvent réglementaires à intégrer. Ce dernier volet plus récurrent nous donne de la visibilité à moyen terme", explique Olivier Foix.

Le groupe, qui compte 68.000 professionnels et a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards de dollars canadiens, a enregistré en France l'an dernier un revenu de 981 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2017 à 15:38 :
Ils recrutent pour du smic. Ayant travaillé dans cette ssn les seniors n'attendent plus qu'une chose : leurs retraite. Il y à un délaissement totale des salariés. Ce qu'ils devrait fournir aussi c'est pour combien de démission. Société à fuir.
a écrit le 15/02/2017 à 20:24 :
Quand on parle de "Senior" pour CGI c'est jusqu'à 35 Ans ou jusqu'à 55 ANs?
y'a t-il aussi chez CGI comme dans beaucoup (trop) d'entreprise de la discrimination par l'age qui je rappelle est lourdement sanctionné par le code du travail.?
En tout cas sur leur plaquette , aucun visage de "vrai" senior..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :