Energie houlomotrice : Hace finalise une levée de fonds de 700.000 €

 |   |  427  mots
Jean-Luc Stanek, fondateur d'Hydro Air Concept Energie (Hace), a mis au point un système pour produire de l'électricité à bas coût, non intermittente, à partir de l'énergie des vagues.
Jean-Luc Stanek, fondateur d'Hydro Air Concept Energie (Hace), a mis au point un système pour produire de l'électricité à bas coût, non intermittente, à partir de l'énergie des vagues. (Crédits : Appa)
Société dédiée à la mise au point d’une nouvelle technologie qui exploite l'énergie des vagues pour produire de l'électricité en continu et à bas coût, Hace, créée en 2013 à Saint-Médard-d’Eyrans, finalise une levée de fonds de quelque 700.000 € qui va lui permettre de lancer la fabrication de ses premiers prototypes, pour une mise à l’eau espérée à la rentrée.

La campagne lancée à l'automne dernier sur la plateforme Happy Capital n'a pas apporté tous les fruits escomptés mais Hace est malgré tout en train de finaliser une levée de fonds de 700.000 €. Sur la plateforme, Hydro Air Concept Energie (Hace) a convaincu 84 investisseurs de lui apporter plus de 330.000 €, fonds qu'elle va pouvoir récupérer, ayant dépassé le seuil de 35 % de la somme espérée qui s'élevait à 869.000 €.

Lire aussi : Hace veut surfer la vague des énergies marines renouvelables

Parmi ces investisseurs : Hervé Suty, ex-cadre de Veolia et fondateur de la SAS CapBurdi, qui propose d'accompagner les entreprises pour booster leur innovation :

"L'éolien et le solaire ont fait l'objet de développements considérables mais pour l'énergie de la houle, énergie non intermittente disponible sur les mers et océans, tout reste à faire. Hace est probablement LA technologie originale des années 2020 dans ce domaine, explique Hervé Suty. Simple, robuste, sans nuisance et conçue pour une mise en œuvre aisée à proximité de la côte, elle présente les meilleurs atouts en termes d'investissement et de coût opératoire pour se développer rapidement. C'est pour ces raisons que j'ai décidé d'investir dans le projet Hace et de prendre part au développement de cette startup en devenant, dans un consortium d'acteurs complémentaires, partenaire privilégié pour des secteurs ciblés."

Parmi eux : Jean-Michel Herrewyn, ex-directeur général de Veolia Eau. Un autre
investisseur régional spécialisé dans les métiers de l'énergie apporte 300.000 €. S'ajoutent des investisseurs plus minoritaires pour porter la levée de fonds à quelque 700.000 €.

Mise à l'eau en septembre

Cette levée sera actée début mars, pour un début de pré-industrialisation début avril au plus tard.

"Ces 700.000 € vont nous permettre de développer le petit prototype et d'avoir les premières machines en prototype pré-industriel, explique Jean-Luc Stanek, fondateur de la société. Si tout se passe bien, la première mise à l'eau aura lieu à la rentrée."

Hace, qui rejoint l'association Aquitaine Croissance verte, à qui elle a présenté son système la semaine dernière, a confié la réalisation de son premier prototype à Ponticelli à Bassens et à FMGC (Fonderie et Mécanique Générale Castelbriantaise), société de Loire-Atlantique, pour les ancrages.

La société attend la réponse de la Région Nouvelle-Aquitaine pour pouvoir être accompagnée sur la prochaine édition de Seanergy, convention internationale dédiée aux énergies marines renouvelables, qui aura lieu les 22 et 23 mars au Havre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2017 à 8:54 :
Le problème est la survie de tels systèmes en mer.
Le Houlomoteur est pour moi la plus belle des énergies marines et je pense que plusieurs concepts techniques devront prouver leur aptitude selon les lieux et conditions de mer.
Bonne chance à Jean Luc avec HACE et.... aux autres mais que le chemin est long

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :