Blue Valet, le voiturier pour voyageurs recrutera 130 personnes

 |   |  682  mots
Démarrée à l'Aéroport de Bordeaux, l'aventure du voiturier pour voyageur Blue Valet connait un déploiement en France et en Europe qui va générer pas moins de 130 recrutements en 2017.
Démarrée à l'Aéroport de Bordeaux, l'aventure du voiturier pour voyageur Blue Valet connait un déploiement en France et en Europe qui va générer pas moins de 130 recrutements en 2017. (Crédits : D.R)
Lancé, en juin 2015, depuis l’aéroport de Bordeaux, le service de voiturier parking Blue Valet est présent à Nice, Toulouse, la gare Saint-Jean à Bordeaux et depuis quelques heures sur les aéroports de Nantes, Marseille et la gare d’Aix-en-Provence. Un développement en pleine phase d’accélération qui devrait générer 130 emplois en 2017.

Blue Valet voyage bien. La startup spécialisée dans le service de voiturier pour usagers des aéroports et gares, lancée il y moins de 18 mois par deux frères, Hugo et Benoît Ricard, se déploie un peu partout en France et sur un rythme soutenu.

"Nous avions la conviction, et des études récentes l'ont confirmée, que pour les voyageurs, le trajet domicile ou bureau vers l'aéroport ou la gare est une source grandissante de stress. Notre service, plutôt orienté marché BtoB et donc voyageurs professionnels, a séduit... même au-delà de cette typologie de client" explique Benoît Ricard.

Depuis son lancement, la société bordelaise a commercialisé 35.000 jours de stationnement et répondu aux attentes de 15.000 voyageurs et compte 2.500 utilisateurs actifs en une seule année d'exercice.

S'appuyant sur un service de réservation totalement informatisé, une proposition de prise en charge et de restitution du véhicule devant le terminal ou la gare par des voituriers intégrés et formés par Blue Valet, la société bordelaise a su rapidement attirer les clients BtoB (auxquels très prochainement une interface dédiée sera proposée) mais aussi les voyageurs touristes, qui composent presque 50 % de sa clientèle.
S'adaptant aux coûts des parkings et des transports proposés par chaque aéroport, le service de Blue Valet est commercialisé à partir de 8 euros par jour (voiturier et parking sécurisé). Un tarif qui ne compte pas les différents services (entretien, nettoyage...) proposés au voyageur lui confiant son véhicule et adoptés généralement (principalement pour le nettoyage) par un voyageur sur cinq.

Levée de fonds et déploiement en Europe en cours

Le déploiement de l'offre Blue Valet, entamé il y a quelques mois avec Toulouse-Blagnac, Nice et la gare Saint-Jean de Bordeaux, a pu se faire grâce à un tour d'amorçage réalisé auprès de business angels. Actuellement, une levée de fonds en cours, massive, accompagnera la phase 2, déjà entamée, de la conquête des lieux de mobilité en France et à l'étranger.

"Pour 2017 nous avons pour objectif d'élargir notre offre avec l'ouverture de trois aéroports, Lyon-Saint-Exupéry et les deux parisiens, à 8 gares, mais aussi à deux aéroports étrangers" explique Benoît Ricard.

Actuellement, la société qui intègre et forme ses valets - "Nous n'oublions pas qu'ils sont les seuls contacts physiques entre notre marque et nos clients et que l'intégration est généralement le meilleur moyen de garantir une qualité de service irréprochable" - compte actuellement 15 salariés, bientôt 20 avec la finalisation des recrutements en cours... dont un poste clé pour les échéances à venir : un DRH.

130 recrutements en 2017 ?

"Si le tableau de marche, que nous respectons à la lettre depuis la création de Blue Valet, se concrétise, nous serons 150 à la fin de l'année 2017. Il est important pour nous de nous structurer rapidement de manière à pouvoir être présents dans tous les grands hubs de mobilité français à fin 2017," souligne le cofondateur de la startup.

Blue Valet n'a pas le choix. Pour devenir à court terme la marque leader du service de parking avec voiturier, elle doit faire vite. Un de ses atouts réside sans doute dans le fait que si dans chaque aéroport de France, il existe généralement une initiative locale concurrente, très peu de ces initiatives tentent de préempter l'ensemble des hubs de mobilité en imposant une marque et un référentiel comme essayent de le faire les frères Ricard.

Sachant que l'amélioration de "l'expérience voyageur" est le nouveau "saint graal" recherché par les infrastructures : gares et aéroports, le service proposé par Blue Valet représente forcément pour ces dernières, et à moindres frais puisque la startup bordelais prend tous les risques économiques, une opportunité dont elles devraient profiter... tout en permettant à Blue Valet, de fait, de continuer à faire bien voyager son concept.

Blue Valet frères Ricard


Hugo et Benoit Ricard, co-fondateurs de Blue Valet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :