Envol 33, 20 ans au service de l’insertion par l’activité économique

 |   |  557  mots
Depuis vingt ans la société anonyme Envol33 accompagne les personnes en situation d’exclusion sociale. Parmi ses quatre établissements qui recrutent un personnel en insertion, La Marmite, restaurant solidaire où des clients défavorisés (90 %) côtoient des clients ordinaires (10 %).
Depuis vingt ans la société anonyme Envol33 accompagne les personnes en situation d’exclusion sociale. Parmi ses quatre établissements qui recrutent un personnel en insertion, La Marmite, restaurant solidaire où des clients défavorisés (90 %) côtoient des clients ordinaires (10 %). (Crédits : Norman Lewis)
Créée avec une centaine d’actionnaires en 1996, Envol33 est une société qui lutte contre l’exclusion sociale. L’entreprise, qui compte aujourd’hui 10 salariés permanents et 15 salariés en insertion, s’est développée au fil des années dans les secteurs de la restauration collective et de la restauration traditionnelle.

Initialement créée comme une marche supplémentaire pour les personnes ayant bénéficié des services de l'AFEPT (Association pour la formation et l'éducation permanente à Tivoli), organisme qui oriente les personnes en situation délicate, Envol33 accompagne aujourd'hui les personnes en situation d'exclusion sociale. Cette société anonyme à but non lucratif d'insertion par l'activité économique compte aujourd'hui 3 établissements. L'entreprise, qui a obtenu l'agrément de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), gère une cafétéria au sein du collège et lycée Saint-Joseph de Tivoli à Bordeaux, une autre cafétéria et un restaurant scolaire au collège et lycée de Saint-Elme à Arcachon, mais également un restaurant solidaire dans le quartier Saint-Michel (Bordeaux).
Leur idée est de faire plus que recueillir de l'argent comme au sein d'une association. Si ces points restaurants ont été créés, c'est parce que les métiers de la restauration sont exercés en équipe, dans un cadre propice à l'acquisition de gestes simples.
L'Etat verse une subvention de 10.000 € par poste d'insertion. La société compte 10 salariés permanents et 15 salariés en insertion qui travaillent en Contrat à durée déterminée d'insertion (CDDI) pendant 24 mois maximum. Le taux de placement est de 75 %, généralement les bénéficiaires  ne restent que 13 mois et ne choisissent pas systématiquement la restauration à leur sortie. Cette société ne se considère pas comme une famille : l'objectif est d'inciter les personnes à entrer dans un premier temps dans l'entreprise par le biais d'un CDDI, avant d'en sortir rapidement pour trouver un CDI dans une autre entreprise. En 20 ans, ce sont près de 300 salariés en insertion qui ont travaillé à Envol33, une expérience professionnelle qui leur a permis de se re-sociabiliser pour pouvoir intégrer le marché du travail.

La marmite : un restaurant engagé

Envol33 a ouvert La Marmite à Saint-Michel (Bordeaux) en 2000, une initiative originale où des clients défavorisés (90 %) côtoient des clients ordinaires (10 %). Ce restaurant à caractère social propose un repas complet à 3 € sous forme de bons de restauration pour les premiers, et à 11 € pour les seconds. Equivalent des tickets restaurant réservés à ceux qui sont le plus en difficulté, les bons de restauration bénéficient aux personnes repérées par les associations partenaires (par exemple la Croix-Rouge), hors du système social depuis trop longtemps. L'entreprise a également un partenariat avec Pôle Emploi.
Aujourd'hui de 15 à 20.000 repas sont servis annuellement dans ce restaurant solidaire. La Marmite est unique en France, ce lieu est différent des autres points de restauration associatifs qui sont en fait des selfs. On compte environ 40 clients réguliers qui déjeunent aux mêmes tables tous les jours, accompagnés de personnes avec qui ils ont tissé des liens.

6 % de croissance en 2016

Finalement, cela fait 20 ans que l'entreprise s'en sort avec un bilan économique positif. Envol33 a réalisé 800.000 € de chiffre d'affaires en 2015, auxquels s'ajoutent les 100.000 € d'aide au poste créée par la Direccte. En 2016, la direction table sur une augmentation de 6 % de son chiffre d'affaires, soit 50.000 €. Cependant, le président d'Envol33 Didier Pineau estime qu'il faudrait proposer plus de repas aidés et, en raison du contexte de crise économique et social, il émet l'idée d'apporter un soutien supplémentaire aux migrants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2016 à 14:03 :
"En 20 ans, ce sont près de 300 salariés en insertion qui ont travaillé à Envol33"

C'est très peu pour beaucoup d'arge,t public dépensé.

Il vaut mieux que ce soit l'état qui gère directement le social parce que ces partenariats public/privé sont quand même particulièrement opaques et peu efficaces.
Réponse de le 27/10/2016 à 20:56 :
Je ne suis pas d'accord avec vous. Regardez l'action du Pole Emploi inefficace et voire carrément à côté de la plaque. Des conseiller stressés, surchargés de travail, à qui on demande de faire du chiffre... Ce genre d'action come un restaurant solidaire permet aux plus démunis de se réinsérer dans la société, de reprendre de l'assurance afin qu'ils prennent eux-même les bonnes décisions.
Réponse de le 18/11/2016 à 13:16 :
Bonjour,

Cela n'a pas duré 20 ans pour moi, seulement 14 mois. J'étais à deux doigts de finir sous un pont, aujourd'hui, je finalise un master 2, et ai une véritable valeur à l'embauche. J'aime mon travail, et suis épanoui. Et Envol 33 m'a donné la chance de ma vie, lorsque j'étais paumé, ils m'ont soutenu, je remercie encore Mr Dupouy, qui est resté bien opaque dans cet article, et grâce à qui j'ai su "poser mon bagage".

Envol 33 c'est un partenariat avec le publique, absolument pas opaque, puisqu'en étroite relation avec la mission locale de Bordeaux. Sans ce partenariat, je n'aurais pas pu faire un bilan de compétence, et me réorienté, pour repartir à zéro (je n'avais pas le bac à 23 ans). Il n'y a pas que du vérolé dans le privé. Maintenant, si cet efficacité reste à prouver, je peux en être une preuve. C'est quoi vos preuves d'inefficacité ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :