A Bordeaux Patrick Berger lance l’opération TPE

 |   |  683  mots
Eviter que les TPE ne cumulent les problèmes de financement, c'est l'objectif de la Banque de France.
Eviter que les TPE ne cumulent les problèmes de financement, c'est l'objectif de la Banque de France. (Crédits : © Reuters Photographer / Reuters)
La Banque de France ouvre un service pour aider les TPE (très petites entreprises) à se financer. En Nouvelle-Aquitaine, 13 correspondants TPE de la Banque de France ont été activés dans les départements.

Avec 20 % du PIB national et 20 % de l'ensemble des salariés, les très petites entreprises (TPE) montrent qu'elles ont un poids à peine croyable dans l'économie, qui a été dévoilé ce vendredi matin par Patrick Berger nouveau directeur régional de la Banque de France en Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes), qui compte 600 personnes, dont 160 à Bordeaux. Patrick Berger a remplacé à ce poste Jean-Claude Bach, qui a fait valoir ses droits à la retraite, en mars dernier.

Désormais installé à Bordeaux, Patrick Berger arrive de Toulouse où il dirigeait depuis 2011 le bureau régional de la Banque de France dans l'ex Midi-Pyrénées. L'énorme poids des TPE dans l'économie s'accompagne aussi de grandes fragilités, d'où une situation délicate qui a convaincu le nouveau gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, de lancer un plan de soutien adapté. Pour les lecteurs de La Tribune Bordeaux Patrick Berger remet en perspective le dispositif voulu par le gouverneur Villeroy de Galhau.

Moins de 2 M€ de CA

"Depuis la crise de 2008 la Banque de France assure un suivi du crédit entreprise de plus en plus fin, qu'il s'agisse de financement de trésorerie, d'investissements, mais aussi du type de société concerné : grandes entreprises, PME, TPE. D'un point de vue macroéconomique, le crédit connaît une croissance supérieure à celle du PIB, mais pour les PME c'est plus dur. Et pour les TPE cet accès au crédit est plus dur encore. Ce qui explique que le gouverneur nous ait demandé d'appuyer de façon plus spécifique les TPE, de passer du curatif au préventif en développant un accompagnement particulier pour elles", expose Patrick Berger, qui souligne que la Banque de France a créé un tout nouveau service dédié, relayé dans chacune de ses implantations départementales par un correspondant TPE.

La Banque de France a une définition claire et nette des TPE, qu'a rappelée ce vendredi matin Jean-Marc Laborie, correspondant TPE Gironde, directeur à Bordeaux du service entreprises et banques au bureau régional de la Banque de France.

"La TPE réalise un chiffre d'affaires de moins de 2 M€ ou emploie moins de 10 salariés. C'est l'un ou l'autre de ces deux critères qui détermine si l'on affaire à une TPE" a précisé Jean-Marc Laborie. C'est lui et son assistante qui répondront aux questions des responsables de TPE girondines.

Mail et téléphone

Lancé depuis un mois, cet accompagnement TPE commence tout juste à être opérationnel. Chacun des 12 départements de la grande région dispose d'un correspondant TPE issu de la Banque de France, à l'exception des Pyrénées-Atlantiques, où, Béarn et Pays-basque obligent, il y a en a deux. Pour joindre ce service il suffit d'envoyer un message à l'adresse [email protected] ou de téléphoner au 0 800 08 32 08.

"Problématiques de gestion, de financement, de succession : notre objectif est de voir quel est le meilleur réseau vers où orienter ces dirigeants de TPE. Il s'agit bien d'orientation et pas de conseil. Mais il faut parfois discuter un moment pour bien comprendre de quoi il en retourne. Il n'est pas question de parler de guichet unique, puisque les TPE peuvent aussi s'appuyer sur la totalité du corps consulaire, l'Urssaf, les clubs d'entreprises" décortique Jean-Marc Laborie.

En plus des sessions d'audit payantes que dispensent ses analystes dans le cadre du dispositif Geode, la Banque de France va lancer d'ici la fin de l'année le service Opale, destiné aux TPE réalisant plus de 750 K€ de chiffre d'affaires. Une fois entrées les chiffres caractéristiques les concernant, ces TPE pourront se comparer avec une grande précision à leur marché de référence et réajuster leur stratégie.

Opale se composera d'un module diagnostic (moyennant 300 €) et d'un module prévisionnel (200 €). Début 2017, Opale sera ouvert aux TPE réalisant moins de 750 k€ de chiffre d'affaires. Ce n'est pas une diversification, comme le souligne Patrick Berger, "puisque nous n'avons pas besoin de ça" mais une nouvelle aide proposée aux entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :