Naissance d'Hélia Conseil, société régionale d'ingénierie financière

 |   |  598  mots
Jean-François Paillissé, président du directoire de la CEAPC, Christophe Jaglin, président d'Hélia Conseil, Patrick Dufour, membre du Directoire de la CEAPC en charge de la Banque de développement régional
Jean-François Paillissé, président du directoire de la CEAPC, Christophe Jaglin, président d'Hélia Conseil, Patrick Dufour, membre du Directoire de la CEAPC en charge de la Banque de développement régional (Crédits : DR)
La Caisse d’épargne Aquitaine Poitou-Charentes (CEAPC), à Bordeaux, vient de s’allier avec la Caisse d’épargne de Bretagne Pays de Loire (CEBPL) en créant la société Hélia Conseil, coentreprise spécialiste en ingénierie financière, détenue à parité par les deux établissements.

L'objectif d'Hélia Conseil, dont le siège social est installé au même endroit que celui de la CEBPL, à Orvault (Loire-Atlantique), près de Nantes, est de fournir, notamment aux grandes PME (plus de 50 M€ de chiffre d'affaires) et entreprises de taille intermédiaire (ETI) installées dans l'arc atlantique, des Pyrénées-Atlantiques au Finistère, toute la palette des services en ingénierie financière, sans passer par Paris.

"2015 a été une année exigeante mais nous sommes sur une bonne dynamique commerciale que la création d'Hélia Conseil va permettre d'amplifier. La CEAPC a enregistré une hausse record de son encours de crédit de + 26 % en 2015, à 3,5 Md€. Avec des prêts aux professionnels qui ont représentés 370 M€, tandis que ceux à la clientèle de la BDR (banque de développement régional), qui regroupe en particulier les PME, le logement social ou l'immobilier professionnel, atteignaient 650 M€", a exposé Jean-François Paillissé, président du directoire de la CEAPC.

Il a ensuite salué l'arrivée en 2015, à la tête du tout nouveau pôle patrimonial de la caisse, de Florence Anquetil, ex-directrice de Meeschaert gestion privée à Bordeaux.

Un PNB à 538 M€

Jean-François Paillissé a par ailleurs expliqué que la création d'Hélia Conseil était d'autant plus nécessaire que "nos PNB (produit net bancaire) sont sous pression". Le président du directoire de la CEAPC a précisé à ce propos que la part de la Banque de développement régional, dirigée par Patrick Dufour, dans le PNB de la CEAPC devrait "monter de 17 % à 20 %". En 2015, le produit net bancaire de la CEAPC (2.800 salariés) a progressé de + 1,3 %, à 538 M€, pour un résultat net de 108 M€, en hausse de + 11,8 %. La CEBPL (3.000 salariés) a de son côté réalisé l'an dernier un PNB de 590 M€ (- 0,6 %), pour un résultat net de 122 M€ (+ 0,9 %).

24 centres d'affaire en relais

Hélia Conseil, dont le président est Christophe Jaglin, qui a fait ses études à Bordeaux (Sciences Po et Institut technique de banque), apporte trois métiers nouveaux et stratégiques aux deux caisses d'épargne régionales. A commencer par l'arrangement et la syndication de financements (du conseil des emprunteurs jusqu'à la finalisation des contrats de prêts), puis le conseil en émission de dettes privées et enfin le financement de projets en énergies renouvelables et infrastructures (grands projets en délégation de service public ou partenariats public-privé).

"Cet outil commun aux deux caisses et à deux territoires dynamiques va nous permettre de partager les investissements. Les équipes se connaissent et nos banques sont de taille comparable", relève Jean-François Paillissé.

Pour rayonner sur le terrain, Hélia Conseil, qui dispose de huit collaborateurs experts, dont deux à Bordeaux, va s'appuyer sur les 24 centres d'affaires que comptent les deux caisses d'épargne dans leur périmètre géographique.

En syndication jusqu'à 100 M€

"Ce territoire est riche en initiatives économiques. Hélia Conseil va appuyer l'activité de nos banques de développement régional en simplifiant l'offre destinée aux PME, entreprises de taille intermédiaire (ETI) et institutionnels locaux. C'est le principe du "one-stop shopping" : proposer en un lieu unique l'ensemble de l'offre financière", détaille Christophe Jaglin.

Hélia Conseil peut intervenir sur des opérations de syndication jusqu'à 100 M€ et 50 M€ en émission de dette privée. De fait, ce nouvel opérateur vise des PME d'assez grande taille, les ETI, collectivités, mais aussi les acteurs de l'économie sociale, du logement social, les sociétés d'économie mixte, les institutionnels et fonds d'investissements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :