Aéronautique : pourquoi Potez s’envole en Espagne

 |   |  467  mots
Gagner en compétitivité sans renier l'exigence qualitative de la production, tel est l'objectif de Potez avec l'ouverture de son premier site industriel hors de France.
Gagner en compétitivité sans renier l'exigence qualitative de la production, tel est l'objectif de Potez avec l'ouverture de son premier site industriel hors de France. (Crédits : D.R)
La stratégie internationale du groupe landais aéronautique Potez se traduit par l’ouverture, à Séville, d’une nouvelle unité de production. Cette première implantation internationale a pour but de renforcer la compétitivité du groupe.

C'est à côté de l'aéroport de Séville, à proximité immédiate du technopôle Aerolis où Airbus est également fortement présent, que Potez, spécialiste français de la fabrication d'éléments d'aérostructures et de l'assemblage de sous ensembles aéronautiques, s'apprête à ouvrir un site de production.
Cette nouvelle unité de 6.000 m2 complètera, dès cet été, l'outil de production du groupe familial landais, jusque-là présent à Aire/l'Adour (son siège social), où il occupe 86.000 m2, dont 23.500 m2 couverts, et à Blagnac, près de Toulouse, où est installé son bureau d'études.

15 salariés à l'ouverture, 100 d'ici à 2022

Actuellement, le groupe Potez compte 380 compagnons et collaborateurs, mais ce troisième site, qui emploiera 15 personnes dès l'ouverture, devrait porter cet effectif à près de 500 à l'horizon 2022 si les prévisions de croissance du secteur se confirment.
Dirigé par Roland Potez, petit-fils d'Henry Potez son fondateur (en 1924), le groupe entend gagner des points de compétitivité avec ce site espagnol installé dans une zone qualifiée de "best cost."

"Notre branche industrielle impose des gains de productivité, explique Roland Potez, interrogé par La Tribune. Notre implantation sur un site d'excellence au cœur de l'écosystème aéronautique sévillan nous permet de croître sans nous détourner de l'exigence qualitative à laquelle l'image de notre groupe est associée. Le choix de Séville relève de cette volonté de trouver un compromis porteur de valeurs entres les différents critères que sont la disponibilité d'une main d'œuvre hautement qualifiée, la maîtrise des coûts, la proximité géographique au sein de l'Union Européenne", rajoute le PDG.

Roland Potez

Roland Potez, PDG du groupe Potez

Le groupe entend également, au travers de cette implantation, pouvoir décrocher ses premiers contrats auprès d'Airbus Military (qui développe notamment à Séville l'A400M), ce que jusque-là il n'a pas réussi à faire.

Renforcement de l'activité historique d'Aire/l'Adour

Réalisant environ 40 M€ de chiffre d'affaires, dont 35 % à l'export, le groupe a parmi ses clients des acteurs comme Dassault Aviation, Stelia, Aribus, Airbus Hélicoptère, Daher, Northrop...
A Séville, il produira des structures d'avions et d'hélicoptères, militaires et civils. Le site sera doté d'équipements industriels de haut niveau, comme un centre de rivetage dernier cri qui sera livré courant juin.

"Nous sommes dans une dynamique de croissance, cette installation s'inscrit dans une dynamique de projet industriel global. Elle va renforcer notre site d'Aire/l'Adour sur ses activités historiques d'ensemblier majeur et sur l'activité d'étirage grand format, de chaudronnerie", assure Roland Potez.

La présidence de la filiale espagnole est assurée par Antoine Potez, fils de Roland Potez, l'équipe de direction qui est espagnole est recrutée. Elle est actuellement en cours de formation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :