A Bordeaux, Hop ! Air France défie le TGV

 |   |  733  mots
Avec Hop! Air France, la flotte régionale de la compagnie nationale, qui compte plusieurs ATR comme celui-ci, est renforcée par de plus gros appareils.
Avec Hop! Air France, la flotte régionale de la compagnie nationale, qui compte plusieurs ATR comme celui-ci, est renforcée par de plus gros appareils. (Crédits : ATR - Pierre Barthe)
Le groupe Air France annonce une offensive sur le créneau des courts courriers avec la nouvelle offre d’Hop! Air France, qui propose en particulier un aller Bordeaux-Paris à 49 €.

Pour faire face à une concurrence dont le caractère multimodal est souligné, Hélène Abraham, directrice commerciale marketing et produits au sein de l'activité Hop! Air France a présenté ce lundi matin à Bordeaux "une offre faite pour durer", en compagnie de Pascal Personne, directeur de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Les liaisons aériennes quotidiennes de la navette Bordeaux-Paris, opérées par la compagnie aérienne nationale, sont dans le collimateur de la future ligne TGV Bordeaux-Paris, qui démarre en 2017 et qui ne pourra réussir qu'en prenant autant de passagers que possible à Air France.

C'est donc sous l'accroche "Bordeaux en un coup de navette magique" qu'est lancée la nouvelle offre.

"Nous avons fait réaliser une étude sur la concurrence des modes de transport non aériens, qui montre que sur une distance de moins de 550 km deux tiers des liaisons se font en voiture, un quart en train et dix pour cent en avion, sans compter les autocars. Hop! Air France développe l'activité domestique la plus importante d'Europe. Hop! Air France c'est le meilleur d'Hop! et d'Air France, qui nous a permis de simplifier l'offre et de proposer un tarif baptisé "Basic" qui permet par exemple de payer l'aller Bordeaux-Paris 49 €", expose Hélène Abraham.

Des Airbus A320 en renfort

Cette nouvelle offre est valable en France et Europe proche, s'accompagne de quelques contraintes, comme le non remboursement des billets en cas de non utilisation. Hop!, qui rassemble l'offre aérienne régionale d'Air France, dispose de nouveaux moyens venus d'Air France, avec les Airbus A320 (142 à 212 sièges) qui seront en service cet été, renforçant la flotte des Embraer, CRJ et ATR. La bataille sur le créneau des courts courriers est lancée. Hop !, a vu son trafic vers les aéroports parisiens d'Orly et Charles-de-Gaulle augmenter de +3 % en 2015 au départ de Bordeaux. Ceci pour un trafic de 1,6 million de passagers, dont plus de 520.000 à destination de Charles-de-Gaulle.

Rappelons qu'en 2015 l'aéroport de Bordeaux Mérignac a totalisé 5,3 millions de passagers. L'offre "Basic" est complétée par l'offre intermédiaire "Smart" et puis celle plus haut de gamme, baptisée "Flex", qui cible la clientèle d'affaires, et à Bordeaux plus précisément celle des grands comptes, de l'aéronautique, viticulture, professions juridiques, mais aussi les très petites et moyennes entreprises. "Flex" offre notamment un maximum de liberté dans l'utilisation des billets.

100.000 sièges de plus

Hop! Air France a décidé de frapper un grand coup cet été 2016, avec la mise en service de 100.000 sièges supplémentaires sur l'axe Bordeaux-Paris. Avec 14 vols par jour à destination de l'aéroport d'Orly et 6 vols quotidiens pour Charles-de-Gaulle. Ainsi, au final, Hop ! Air France va offrir plus de 625.000 sièges au départ de Bordeaux.

"Bordeaux est relié à tous les hubs de France, dont celui de Lyon, qui permet aux Bordelais d'atteindre le Luxembourg, la Lorraine ou bien la Normandie", a souligné Hélène Abraham. L'aéroport de Bordeaux continue à enregistrer une hausse de son trafic et Pascal Personne a annoncé ce lundi matin une hausse de trafic de +11 % en avril dernier (+6,6 % sur les quatre premiers mois sur un an), avec notamment +4,8 % pour Orly et +2,7 % à Charles-de-Gaulle.

"La part de marché d'Air France à Bordeaux est de 56,9 %", a souligné Pascal Personne, avant de rappeler que l'aéroport qu'il dirige se trouve "au cœur de l'activité économique de Bordeaux Métropole", avec près de 35.000 emplois, et un gain de 10.000 emplois supplémentaires d'ici à 2030.

Contrer le TGV

Les progrès dans l'accessibilité, avec la mise à deux fois trois voies de la rocade et la création d'ici à 2019 d'une arrivée du tram A, la richesse des correspondances et une politique tarifaire agressive sont autant d'éléments qui vont peser en faveur de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac selon Pascal Personne.

"Il y a un élément manquant dans la communication de la SNCF. C'est le renchérissement probable du prix des billets de TGV à cause du paiement des droits de péage. C'est le client qui au final va les payer. Ce qui explique que la SNCF voulait limiter au maximum le nombre de liaisons quotidiennes à grande vitesse entre Bordeaux et Paris", tranche le patron de l'aéroport.

Les prix des billets de TGV Bordeaux-Paris ne seront probablement pas connus avant 2017. Sans attendre le résultat, Air France s'est mis en mode contre-attaque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2016 à 14:37 :
À moins d'être dans le Médoc ou le nord de l'agglo bordelaise, vers Paris, le TGV sera imbattable. En temps, que ce soit vers le centre (arrivée à Montparnasse) ou vers la banlieue (arrivée à Massy, Marne-la-Vallée ou Charles-de-Gaulle). En confort (moins d'attente au départ, moins de stress, etc.). Et en prix, OK Hop! à 49 € mais combien de temps à l'avance ? Et combien de supplément pour rejoindre/quitter l'aéroport ou payer du parking ?
En revanche sur Lyon, Strasbourg ou Genève, le TGV ne sera pas toujours une évidence et l'avion a une carte à jouer...
a écrit le 10/05/2016 à 23:50 :
Sans compter l'arrivée de Ouigo dans la foulée qui proposera des tarifs à partir de 10 euros pour rallier Marne la vallée et Massy Tgv. 2 gares à moins de 30min de Paris...
a écrit le 10/05/2016 à 17:25 :
Oui sauf que l'aéroport de merignac se trouve à 1h de Bordeaux....
Il n'est pas prévu de connecter le tramway de Bordeaux à l'aéroport avant 2019
a écrit le 09/05/2016 à 18:54 :
49 euros à l'aller...et 99 euros pour le retour...j'ai déjà expérimenté ces tarifs, pas si économiques !
Réponse de le 19/05/2016 à 9:13 :
105€ aller retour, c'est le meilleur tarif pour un exemple de voyage dans 1 mois en TGV, sauf que le retour partira à 6h40 de Montparnasse. C'est tôt! Si le départ est choisi 2h45 plus tard dans la journée pour le retour, il en coûterait 25€ de plus, soit 130€ en tout, ce qui reste assez proche de votre expérience dans l'aérien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :