Seanergy : quels potentiels pour les énergies marines renouvelables ?

 |   |  294  mots
L'hydrolienne fluviale  Urabaila a été développée dans le cadre d'un projet collaboratif mobilisant des entreprises et des bureaux d'études de l'Aquitaine.
L'hydrolienne fluviale Urabaila a été développée dans le cadre d'un projet collaboratif mobilisant des entreprises et des bureaux d'études de l'Aquitaine. (Crédits : Urabaila)
La première édition de Seanergy, convention internationale et transfrontalière dédiée aux professionnels des énergies marines renouvelables, se tiendra début juin à Biarritz. Objectif : structurer et promouvoir la filière dans le monde, à travers des conférences, rendez-vous B to B, visites techniques de sites régionaux.

"La filière des EMR est sans conteste un secteur d'avenir au service de la transition énergétique, créateur de croissance et d'emplois durables tant en France qu'au niveau mondial", explique Marc Lafosse, président de Bluesign, organisateur de Seanergy. Celui qui préside également Energie de la Lune, cabinet d'ingénierie spécialisé en EMR, ambitionne avec cette première édition de fédérer la filière autour de l'éolien posé et flottant, l'hydrolien, le solaire flottant, l'houlomoteur.
Seanergy 2016 est organisé en partenariat avec l'Agglomération Côte basque Adour et la ville de Biarritz, la  région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, ainsi que le gouvernement basque espagnol. 200 exposants et plus de 3.000 acteurs internationaux de la filière EMR (industriels, PME, institutionnels, énergéticiens, centres de recherche...) sont attendus du 31 mai au 3 juin.

Rendez-vous B to B et visites techniques

En  pré-ouverture  de  Seanergy,  le mardi 31 mai  après-midi, se tiendra la 3e édition  des Assises nationales des énergies marines, organisé par le Syndicat des énergies renouvelables.
Cet événement se veut international avec l'organisation par l'Enterprise  Europe  Network, réseau européen dédié à l'innovation et à l'internationalisation des entreprises, de rendez-vous B to B.
Seanergy, qui proposera espaces d'exposition et conférences, va également rassembler l'ensemble des régions littorales françaises concernées par les EMR.
La dernière journée, vendredi 3 juin, sera consacrée à des visites techniques : site d'essais houlomoteur et éolien offshore flottant (BIMEP) et du dispositif de récupération de l'énergie des vague Mutriku (colonne d'eau oscillante) ; usine de fabrication d'éoliennes Gamesa (à confirmer), infrastructures du port de Bayonne ; Compositadour, plateforme composite & robotique ; pompes à chaleur hautes températures adossées à l'océan du casino de Biarritz ; site d'essais hydrolien Seeneoh Bordeaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :