Révolution numérique : DrSanté soigne la relation médecin/patient

 |   |  901  mots
La société de Bordeaux Calimaps a réinventé le logiciel de gestion des vétérinaires. Elle veut faire la même chose avec les médecins en leur proposant un outil disruptif à plus d'un titre.
La société de Bordeaux Calimaps a réinventé le logiciel de gestion des vétérinaires. Elle veut faire la même chose avec les médecins en leur proposant un outil disruptif à plus d'un titre. (Crédits : Appa)
A Bordeaux, la société Calimaps vient de lancer DrSanté, un logiciel de santé pour les médecins généralistes qui représente une rupture, par son ergonomie et l’expérience utilisateur qu’il propose à ces professionnels et à leurs patients, par rapport aux produits actuellement en service.

En 2011 il y a d'abord eu un coup d'essai : DrVeto, transformé en coup de maître quelques mois plus tard quand ce logiciel professionnel innovant à destination des vétérinaires a fini dans le giron d'Alcyon, la plus grosse centrale européenne d'achat de produits vétérinaires.
La société bordelaise BSA Développement, dont l'aventure avait commencé à Pau 20 ans plus tôt, avant de devenir Calimaps sous la houlette d'Antoine Villalobos, réussissait alors un coup magistral. Plutôt que de vendre son produit à Alcyon, elle dealait la création d'une société dédiée à DrVeto, Hubvet SAS, dans laquelle elle prenait des parts.
Depuis, DrVeto est devenue la solution la plus vendue. 12 personnes travaillent, à Bordeaux, sur le back-office de cette solution qui en plus d'être rentable est hautement stratégique pour la centrale d'achat Alcyon, actionnaire majoritaire d'Hubvet.
Le logiciel de gestion des rendez-vous, des ordonnances, des facturations et des approvisionnements de consommables et de médicaments (les vétérinaires sont aussi pharmaciens en produits vétérinaires) représente un atout concurrentiel pour capter de nouveaux entrants dans la centrale.

DrSanté, logiciel reflet de son époque et orienté mobile

Forte de cette réussite, la société Calimaps a décidé, il y a quatre ans, de se lancer sur un autre marché, autrement plus compliqué, car soumis à de nombreuses contraintes légales et autorisations : celui des médecins généralistes.

"Nous avons observé ce marché et constaté qu'il est trusté par deux groupes qui ont opéré des opérations de croissance externe et intégré l'essentiel des produits proposés aux médecins sans jamais les améliorer. Nous avons décidé de bousculer cette économie de rente en proposant une nouvelle expérience qui colle à la révolution numérique, l'omniprésence du smartphone et des écrans tactiles...", explique Antoine Villalobos, directeur de DrSanté.

La solution DrSanté, qui a demandé trois ans de développement à trois ingénieurs dédiés et 1 M€ d'investissement, soutenue par Bpifrance, la Banque Pouyanne ou encore le Conseil régional, "tous partenaires historiques de Calimaps", rappelle Antoine Villalobos, a été mise sur le marché il y a quelques jours seulement.

Le "WhatsApp" médical est né !

L'interface multitâche proposée aux médecins rompt en effet radicalement avec celle de la concurrence.

"Nous nous sommes inspirés des standards de l'ergonomie apportés par Apple, Microsoft, Google... nous voulions faire en sorte qu'il n'y ait, pour les médecins, aucun décalage entre leur utilisation des outils de communication personnels et cet outil professionnel. Il devait être ludique, esthétique, pratique, intuitif, adapté aux écrans tactiles...", poursuit le dirigeant de Calimaps.

Parti pris d'autant plus intéressant que deux applications mobiles vont enrichir, dès le mois de mars prochain, l'outil DrSanté.
Une application mobile pour le médecin, qui pourra gérer ses rendez-vous, enregistrer des notes vocales, gérer les prescriptions et les historiques de ses patients, enregistrer, consulter, comparer leurs données de santé (pouls, tension, mesures...) dans le temps, bref, faire, en mobilité, tout ce qu'ils peuvent faire dans leur cabinet. Mais aussi, et c'est plus surprenant, une application mobile destinée aux... patients. Grâce à cette application, les patients pourront prendre rendez-vous, stocker et consulter les ordonnances, les prescriptions. Avec son aval bien sûr, ces derniers pourront même échanger des messages avec le médecin.

Pharmacovigileance et non-observance des traitements en valeur ajoutée

"Au-delà de ce WhatsApp médical, notre application sera tout sauf un gadget innovant. Nous remettons le patient au cœur de l'équation. Ce que nous proposons va permettre de monter d'un cran en matière de pharmacovigilance puisque les patients seront invités à communiquer le plus simplement du monde les effets indésirables constatés suite à une prise de médicament."

Mieux encore, l'application informera les patients sur les prises de médicament, leur rythme et les guidera dans les durées de traitement.

"Ce coaching va permettre de lutter contre le phénomène de non observance des durées de traitement qui pose des vrais problèmes de santé publique et des coûts colossaux, pour la Sécurité sociale, soit 9 Md€ par an. DrSanté n'est pas qu'un produit commercial, il est aussi porteur de sens !", tient à souligner Antoine Villalobos.

Levée de fonds et médecins spécialistes dans le scope

Le modèle économique de DrSanté est simple et compétitif. Pour utiliser le logiciel, le médecin paie entre 384 et 576 euros par an. A cela il fait ajouter 72 € par an pour l'installation et l'utilisation de l'application mobile et 36 €/an pour la sauvegarde des données.
Pour accélérer le déploiement commercial de DrSanté (et voir beaucoup plus grand du côté des applications mobiles, notamment à destination de patients), Calimaps envisage, dès cette année, une levée de fonds. "Le dossier est en cours d'élaboration", confie Antoine Villalobos.
Les premiers clients sont déjà signés et en cours d'installation mais les perspectives de DrSanté sont énormes. Si DrVeto a séduit 6.000 vétérinaires à ce jour, le marché adressé par DrSanté est 14 fois plus important... et la société a déjà commencé à bâtir les dossiers et à passer les agréments qui lui permettront, dès le mois de mars, de s'ouvrir les portes des médecins spécialistes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2016 à 16:37 :
. Très bonnes nouvelles pour nous les médecins, les patients et la science médicale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :