Helix, le bouchon qui rêve de dévisser Bordeaux

 |   |  654  mots
Double innovation signée OI et Amorim pour ce bouchon de liège Helix qui se dévisse
Double innovation signée OI et Amorim pour ce bouchon de liège Helix qui se dévisse (Crédits : D.R)
Présenté pour la première fois il y a deux ans lors de la précédente édition de Vinexpo Bordeaux, le concept Helix de bouchon de liège dévissable et de bouteille incluant un goulot "pas de vis" adapté, développé en parallèle par le numéro 1 mondial du liège Amorim et le verrier américain OI, décide de passer à l’offensive en Bordelais... où il ne compte aucun client à ce jour.

En Bordelais, le bouchonnier portugais Amorim est chez lui ou presque. Le groupe (82.000 clients dans 82 pays) dispose à Eysines en banlieue bordelaise, d'un de ses trois sites français, sans aucun doute le plus important. Le verrier américain OI (Owens-Illinois), premier fabricant mondial de conteneurs en verre, est lui aussi fermement ancré en Bordelais. Le verrier a ses quartiers à Vayres, à vingt kilomètres de Bordeaux où il emploie plus de 250 personnes qui produisent 500.000 bouteilles par an, essentiellement pour la Gironde.

Ces deux acteurs très ancrés en Aquitaine sont les promoteurs, depuis deux ans, d'une révolution technique : Helix, un bouchon en liège Amorim qui se dévisse grâce au pas de vis du goulot de la bouteille OI... qui n'a pas encore percé en Bordelais.

"Au terme de plusieurs années de développement, nous avons, ensemble, mis au point la clé et la serrure d'une solution alternative aux capsules acier, aux bouchons de liège classique et aux bouchons synthétiques" analyse Benoit Villaret de Chauvigny, directeur Europe du marché vin pour OI (siège France à Villeurbanne).

Des clients sur les cinq continents

"Il y a deux ans, nous présentions ici même ce produit. Aujourd'hui, nous avons le recul nécessaire pour dire que ce produit est idéalement positionné sur le plan du prix" explique Carlos de Jesus, directeur marketing & communication d'Amorim.

"D'ores et déjà, nous sommes présents, avec Helix, sur cinq continents puisque ce matin même, à Vinexpo, nous avons signé un contrat avec un groupe japonais" assure ce dernier avant de rappeler : "pour le moment, nous ne comptons que 21 vins situés dans le monde entier qui sont bouchés par Helix, mais le fait d'avoir séduit des producteurs de vins situés dans le Nouveau Monde ou dans des pays dominés par les capsules comme l'Autriche par exemple, augure de bonnes choses pour Helix. En France, le lancement du premier rosé du Languedoc bouché par Helix : Folie d'Oc, de la cave du Domaine Guyzard annonce d'autres belles conquêtes commerciales" ajoute le Portugais.

"Helix, si l'on en croit les consommateurs tests, c'est le meilleur des deux mondes : celui de la tradition avec le verre et le liège, mais aussi celui de l'innovation, des vins plaisirs à boire rapidement qui ne sont généralement pas bouchés au liège. Le bouchon de liège qui se visse correspond à une autre façon de consommer le vin, avec la capacité de le reboucher simplement, sans altérer le contenu" poursuit Benoit Villaret de Chauvigny.

Objectif : 500 millions de bouteilles... et Bordeaux

"Ce mode de bouchage qui a obtenu huit récompenses professionnelles, dans la catégorie Design et emballage, met en valeur le travail du vigneron. Le verre et le liège sont en adéquation avec les attentes des producteurs de vins premium. La GMS réagit bien. Nous espérons pouvoir, à terme, boucher 500 millions de bouteilles avec Helix" pronostique Carlos de Jesus.

Un bouchage plus compliqué qu'avec un bouchon de liège classique ?

"Certes, il faut que le bouchon soit présenté tête en haut, le réglage de la pression doit être adapté, mais s'il faut entre 30 et 45 minutes sur une vieille ligne d'embouteillage pour régler cela, il n'en faut pas plus de 15 sur une machine moderne" assure le représentant d'OI.

"A ce jour, quatre embouteilleurs mobiles ont décidé de s'équiper pour "tourner" Helix, dont un girondin, Saint-Emilion Embouteillage. C'est un très bon signe, je pense que nous allons concrétiser des ventes en Bordelais. Et puis, après la grande distribution, c'est une autre partie de la filière qui montre qu'elle croit en Helix et c'est très encourageant la encore" conclut Carlos de Jesus.

Reste maintenant à Helix à réussir à faire tourner des têtes de producteurs bordelais avec un produit technique original, qui allie tradition et modernité...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :