R&Drone lève 600.000 euros

 |   |  409  mots
Marco Calcamuggi, PDG de R&Drone, devant la palette des drones que peut réaliser sa société (terre, mer, air)
Marco Calcamuggi, PDG de R&Drone, devant la palette des drones que peut réaliser sa société (terre, mer, air) (Crédits : D.R)
En février dernier, La Tribune - Objectif Aquitaine annonçait que la société R&Drone, créée en fin 2012 à Mérignac (33) et qui intervient autant dans le domaine militaire que civil, avait réalisé, sans pouvoir en dire plus, une levée de fonds. On sait désormais qu'il s’agit de 600.000 euros qui vont lui permettre de recruter et de déménager à Blanquefort (33) pour lancer l’industrialisation de ses solutions de drones aériens, terrestres et nautiques.

La marche vers l'industrialisation de ses drones est vraiment lancée ! La société R&Drone, bureau d'études mécatroniques, spécialisé dans la conception et l'intégration de solutions logicielles et électroniques pour robots et drones, pour les secteurs du civil et du militaire, officialise, ce jour, une levée de fonds de 600.000 euros.
Une levée de fonds opérées auprès d'un groupe d'investisseurs fédérés autour de Stéphane Zittoun, dirigeant du groupe NP6 (solutions e-marketing et data intelligence, 100 salariés, CA de 15 M€). L'opération s'est réalisée avec l'appui d'Aquitaine Développement innovation, l'agence régionale de soutien à l'innovation.

L'équipe de 8 salariés de R&Drone, société dirigée par Marco Calcamuggi, ancien patron d'une SSII qui comptait 350 salariés, va être renforcée par l'arrivée de 3 ingénieurs. Elle se dote aussi, à Blanquefort, d'un nouveau site de 600 m2, équipé d'outils de découpe laser, d'impression 3D... qui vont lui permettre de produire de manière industrielle des drones qui ont pour particularité d'être dotés d'une dualité civile et militaire.

Un fer le lance... marin, Droneo

Désormais, R&Drone semble avoir les moyens de développer sa stratégie consistant à concevoir des systèmes complets, comprenant le drone, le logiciel et l'électronique, les capteurs, l'interface homme-machine (IHM) et l'outil d'interprétation des données capturées... dans des domaines parfois négligés par les autres acteurs du monde du drone.
R&Drone intervient bien sûr dans le drone aérien ou terrestre, mais la société est aussi un acteur du drone marin via son "Droneo", qui porte en ce moment l'image et une partie de l'activité de R&Drone. Ce drone marin autonome est capable d'embarquer de nombreux capteurs différents et peut donc réaliser des missions aussi différentes que de la cartographie de fonds marins, l'analyse physico-chimique de l'eau (c'est le cas notamment à Bordeaux dans le cadre d'une collaboration avec le Lyre, centre de R&D de Suez Environnement installé à Talence).

"Une société de Malaisie, leader dans son pays sur la cartographie de zones agricoles, nous a approchés pour utiliser un Droneo pour analyser et surveiller les zones côtières du pays. Les applications dans le militaires sont également nombreuses, on peut citer, par exemple, le déminage maritime...", nous confiait en février Marco Calcamuggi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2015 à 0:08 :
Bravo Marco.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :