Vermilion parie sur l’avenir pétrolier de la Gironde

 |   |  273  mots
En demandant et obtenant la prolongation de concession à Lugos pour vingt ans, Vermilion REP parie sur l'avenir à long terme du pétrole girondin.
En demandant et obtenant la prolongation de concession à Lugos pour vingt ans, Vermilion REP parie sur l'avenir à long terme du pétrole girondin. (Crédits : reuters.com)
La filiale française de la compagnie pétrolière canadienne (Calgary) Vermilion annonce avoir reçu l’autorisation, par décret ministériel, de prolonger sa concession de Lugos (Lugos, Belin-Beliet, Salles en Gironde) et ce pour vingt ans de plus.

Premier producteur de pétrole brut de France (65% de la production française à lui seul), principalement installé dans les Landes, à Parentis où il compte 100 de ses 190 collaborateurs français (ce qui représente un tiers de ses effectifs mondiaux), le producteur pétrolier canadien Vermilion REP (filiale de Vermilion Energy) s'est spécialisé, en France, dans l'exploitation de puits anciens, via une technique qui lui permet de prolonger leur vie. C'est ainsi qu'elle exploite des puits qu'elle a racheté à des groupes comme Esso REP et Total.
Cette technique lui permet d'extraire 2.000 barils par jour du sous-sol français. En Aquitaine, Vermilion exploite notamment, depuis 1997 et le rachat d'une partie des actifs de Esso REP, la concession de Lugos, un terrain de 11,52 km2 à cheval sur les communes de Lugos, Belin-Beliet et Salles. Elle en extrait 210 barils (24m3) de pétrole chaque jour, ce qui représente environ 5 % de sa production journalière aquitaine.

20 ans d'investissements et de recherches programmés

Persuadée que ce gisement est encore très prometteur, en 2012, Vermilion REP a sollicité la prolongation de validité de cette concession. Elle vient tout juste de lui être accordée par décret ministériel, et ce pour vingt ans.
Depuis 2009, le groupe canadien a réalisé de nombreux investissements pour pérenniser l'activité pétrolière sur la concession d'hydrocarbures liquides ou gaziers de Lugos. Des études pour mieux comprendre la géologie du sous-sol ont été récemment menées, des puits ont ainsi été remis en production, d'autres ont été optimisés. Sur les 32 puits forés sur ce champs pétrolier girondin depuis 1951, 14 sont encore en fonctionnement à ce jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :