Thales Avionics condamné à agrandir son futur site à Mérignac ?

 |   |  449  mots
La réorganisation de la division avionique incomprise par les syndicats
La réorganisation de la division avionique incomprise par les syndicats (Crédits : Rémi Benoit)
Le transfert des salariés parisiens de la division avionique de Thales à Mérignac inquiète les syndicats et pourrait obliger le groupe à pousser les murs d’un site qui doit être livré fin 2016.

Le groupe Thales, spécialiste en conception et développement de systèmes électroniques pour les secteurs aéronautique, espace, défense, sécurité et transport, va bien. Il a enregistré un exercice positif en 2014, avec un chiffre d'affaires de 12,9 Md€, pour un résultat net consolidé de 714 M€ (+ 25 %). Thales a programmé la construction d'un vaste ensemble immobilier de 55.000 m2 (pour 200 M€ d'investissement) à Mérignac (Bordeaux Métropole), qui devrait être livré fin 2016, pour y regrouper les équipes girondines de sa division avionique (avionics). En France, l'avionique de Thales s'appuie sur sept sites (Châtellerault, Le Haillan, Meudon, Toulouse, Valence, Vendôme) et en octobre dernier le groupe avait annoncé son intention de réorganiser la fonction recherche et développement de cette division, en précisant déjà que les équipes concernées seraient redéployées à Mérignac et Valence. Mais la confirmation, il y a quelques jours, de la délocalisation des équipes en avionique de Meudon (New Velizy) et Vendôme, provoque une forte inquiétude dans les syndicats.


2.300 places pour 2.591 salariés


"Nous ne comprenons pas d'où vient cette idée qui a brutalement surgi en octobre dernier. La suppression de New Velizy doit s'accompagner du transfert des équipes à Mérignac. Or nous savons tout d'abord que 70 % des salariés concernés ne bougeront pas de la région parisienne et que le nouveau site de Mérignac ne pourra pas accueillir plus de 2.300 personnes, là où il faudrait de la place pour 2.591, argumente Claude Godart, délégué syndical central CFDT de Thales Avionics à Valence. La direction, poursuit-il, répond que la construction d'un nouveau bâtiment sera lancée en septembre à Mérignac. Nous pensons de notre côté que Thales a décidé de réduire les effectifs dans l'avionique, spécialité pourtant considérée comme au cœur de notre métier". Nous n'avons pas pu joindre la direction de Thales, à Paris, mais le projet de regroupement de Mérignac prévoit effectivement, en plus des 55.000 m2 programmés, l'extension du site avec la construction d'un nouvel ensemble immobilier de 17.000 m2. Quoi qu'il en soit, le projet actuel fait l'objet de discussions entre CFDT, CFE-CGC et CGT. "Les salariés concernés sont traumatisés, d'autant que le délai de déménagement a été réduit de 24 à 18 mois. Si la direction s'est engagée à reclasser en région parisienne ceux qui veulent rester, ces derniers ne savent pas ce qu'ils vont devenir. Et personne ne comprend les motivations de la direction, à part une sorte de vent de panique" estime Claude Godart. Lundi 30 mars les organisations syndicales rencontrent la direction du groupe et feront le point le lendemain.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 15:41 :
Moi je connais bien la zone d'activité du site pour y travailler, et ce que je peux dire c'est que 2500 automobilistes de plus au même moment sur une infrastructure routière déjà saturée, ça va être merveilleux.... vive le vélo ! (sauf qu'il y a zéro piste cyclable de prévu... )
a écrit le 28/03/2015 à 9:24 :
ayant travaille poru thales il y a longtemps, je peux confirmer que c est une technique du groupe pour degager son personnel: on delocalise loin histoire qu une grosse partie du personnel ne suive pas (surtout les plus cher : ceux qui sont ages avec femme & enfant et credit sur la maison). d ici 2-3 ans les personnes qui auront fait paris-> bordeaux repartirons a paris et vous aurez un deuxieme ecremage ... c est ce qu ils avaient fait a Thomson DSE (Bagneux-> fleury les aubray -> retour region parisienne)
Réponse de le 28/03/2015 à 16:59 :
Si la qualté de ses "avionics" sera la même que celle des ses tube pitot alors là le succès de Thales est totalement assuré !! mdr
Réponse de le 18/04/2015 à 20:36 :
quel est la rapport avec le sujet?
c'est juste pour insulter gratuitement les gens?
a écrit le 28/03/2015 à 2:33 :
Eh oui, ensuite nous lirons que les fonctionnaires sont privilégiés. Les salariés des grandes entreprises ne le sont pas. D'ailleurs, avoir 18 mois pour se préparer à déménager et avoir un reclassement si c'est trop compliqué, c'est pas comme un emploi à vie, c'est être un pauvre malheureux... Les fonctionnaires qui sont mutés "pour les besoins du service", ils ont combien de temps pour se retourner ?
Réponse de le 28/03/2015 à 8:37 :
Et bien, nous assimilés fonctionnaires avons 3 mois voir moins entre l'ordre de mutation et le départ........... pour préparer un déménagement............et biensûr faire suivre tout le monde.................alors 18 mois c'est bien long..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :