PXCom attrape l'innovation commerciale au vol

 |   |  682  mots
PXPoints est utilisée en moyenne 1 h 28 et 95 points d'intérêts sont consultés lors d'un vol New York / Paris.
PXPoints est utilisée en moyenne 1 h 28 et 95 points d'intérêts sont consultés lors d'un vol New York / Paris. (Crédits : DR)
La startup de Martillac PXCom décolle. Spécialisée dans la production d'applications logicielles destinées à être intégrées aux systèmes de divertissement des compagnies aériennes, l'entreprise de Cyril Jean et d'Olivier Héliot place au cœur de sa stratégie l'innovation commerciale et vient de signer de nouveaux partenariats.

Ils sont deux entrepreneurs, amis depuis près d'une douzaine d'année, à s'être lancés dans une aventure technologique inédite. Cyril Jean, fondateur de la société d'ingénierie CSIE, et Olivier Héliot, tout droit sorti de l'Ecole Centrale Paris, le cerveau du duo, "le grand architecte" comme se plaît à l'appeler son acolyte. Leur crédo : le système de divertissements passagers, plus connu sous l'appellation anglaise d'In-Flight Entertainment (IFE).

A la croisée du commerce et de la communication

Le 17 octobre 2013, ils lancent en effet PXCom, une société de communication et d'innovations technologiques destinée à renverser les modèles du divertissement à des milliers de kilomètres d'altitude. Ils pensent, conçoivent et créent de nouveaux gadgets destinés à améliorer "l'expérience passager".

En soi, rien de très nouveau au bataillon : depuis les années 1960 déjà, le modèle de l'IFE crée des émules. Des premiers films 16 mm projetés sur la cabine des passagers, aux véritables plateformes interactives permettant de discuter avec l'équipage ou d'accéder à des jeux numériques en multi-joueurs au sein même du cockpit, les systèmes de divertissements passagers ont grandi au rythme de la révolution technologique et numérique du XXe siècle.

Mais c'est une nouvelle dimension qu'entend amener PXCom. "En matière de divertissement, le marché est déjà très innovant, souligne Cyril Jean. En revanche pour ce qui est de la dimension commerciale, rien n'est franchement développé. Entre les publicités présentes sur les magazines d'Air France et les spots d'une minute avant la projection des films, autant dire que l'offre est mince. C'est pourquoi nous avons pour ambition d'amener de la publicité approfondie et médiatisée pour le consommateur." L'objectif est double : d'une part, donner accès pour le voyageur à une palette de produits dans un format interactif et ludique. De l'autre, permettre à la compagnie aérienne de retirer des bénéfices auprès de ses nouveaux annonceurs, attirés par une formule numérique.

L'e-accompagnement dans le cockpit

Armée d'une soixantaine d'experts, la jeune société offre ainsi toute une gamme de produits nouveaux, faisant chacun l'objet d'un brevet. PXPoints notamment, consiste en une carte mobile bâtie sur le modèle Google Earth. En l'utilisant, les passagers ont l'opportunité de visualiser certains attraits de leur point d'arrivée (musées, monuments, galeries, restaurants etc) répertoriés par la compagnie et géolocalisés sur la carte. "Nous sommes partis d'un constat, explique Cyril Jean. En 2012, 80 % des passagers préparaient leur séjour durant les vols longs courriers. Nous voudrions donc qu'ils aient accès gratuitement à tout un panel de services touristiques." Les dernières statistiques d'utilisation des PXPoints font état d'1 h 28 d'utilisation moyenne et de 95 points d'intérêts consultés sur un vol New York / Paris.

PXApps, dans la même lignée, propose aux compagnies touristiques de récupérer et de numériser leur contenu pour ensuite le vendre auprès d'une compagnie aérienne. Le but étant pour le passager de pouvoir pénétrer via un support multimédia la plateforme d'un acteur de l'industrie touristique (par exemple le Guide Michelin).

Exclusivement présente sur des lignes à destination de Londres, New York, Paris, Singapour et Oslo, la société bordelaise n'en entrevoit pas moins un potentiel de développement incroyable. "A l'avenir, nous espérons enrichir notre offre avec des plans interactifs des aéroports, ou encore des chaînes spécialisées pour les classes premium, évoque Cyril Jean. Et pourquoi ne pas imaginer dès la fin de l'année 2015, la possibilité pour les passagers, depuis leur siège, de réserver un hôtel ou d'acheter un billet pour aller assister à un spectacle ?"

Dans l'immédiat, après un premier partenariat en France avec la régie publicitaire Eser, PXCom vient de signer avec les régies Mediasalg en Norvège et Only Media à Londres. D'autres accords sont en cours de négociation pour les zones Etats-Unis, Asie et Moyen-Orient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 10:14 :
J'ai hâte de prendre un avion avec de telles possibilités :D
a écrit le 25/10/2014 à 13:37 :
Un grand bravo à ce duo de choc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :