InVivo veut muscler ses ventes au détail avec Jardiland

 |   |  964  mots
Le détail de l'accord entre InVivo et Jardiland ne sera pas dévoilé avant la conclusion des négociations, mais la stratégie est claire.
Le détail de l'accord entre InVivo et Jardiland ne sera pas dévoilé avant la conclusion des négociations, mais la stratégie est claire. (Crédits : Reuters)
Le groupe coopératif national InVivo poursuit son développement sur le marché du vin à l’export et confirme la poursuite de négociations exclusives avec Jardiland, pour un rapprochement qui devrait aboutir dans les prochaines semaines.

C'est à Bordeaux ce vendredi que les dirigeants du groupe coopératif InVivo, présidé par Philippe Mangin, ont achevé leur tour de France 2017, passé auparavant par Dijon, Montpellier, Paris et Nantes. Premier groupe coopératif français, InVivo ne regroupe pas des agriculteurs mais des coopératives, au nombre de 220, pour un chiffre d'affaires de 6,4 Md€ en 2016, avec 9.200 salariés.

Présent dans 31 pays, dont 14 en Europe, 10 en Asie, 5 dans les Amériques et 2 en Afrique, InVivo, créé à l'initiative des céréaliers, s'est graduellement diversifié dans la nutrition et la santé animale, la vente au détail et tout récemment la viticulture. En 2015 Philippe Mangin et Thierry Blandinières, directeur général du groupe, ont présenté à Bordeaux le virage stratégique d'InVivo dans le secteur du vin, avec la constitution du pôle InVivo Wine, démarrée via l'acquisition du négociant bordelais Cordier Mestrezat. Une opération menée par InVivo de consert avec le groupe coopératif languedocien Vinadeis (ex-Val d'Orbieu).

Le DG de Vinadeis recruté par InVivo

Objectif : convaincre les coopératives viticoles des différents vignobles de France de confier à InVivo tout ou partie de leurs ventes à l'export. InVivo Wine fédère aujourd'hui 23 coopératives viticoles françaises, soit 3.800 vignerons représentant une base de 25.000 hectares répartis entre Bordelais, Sud-Ouest, Languedoc-Roussillon, Rhône et Beaujolais.

"Comme nous l'avons annoncé cet été, la prise de contrôle en juillet du groupe néerlandais Baarsma Wine, leader européen de l'importation et de la vente de vin en Europe, nous donne de nouveaux moyens pour nous attaquer à l'Europe du Nord, marché mondial numéro deux pour les vins. Baarsma Wine réalise plus de 200 M€ de chiffre d'affaires, juste avec le vin. En France il n'y a pas une coopérative viticole qui arrive à ce niveau", déroule Thierry Blandinières.

Bertrand Girard, DG de Vinadeis, et Thierry Blandinières, DG de InVivo, veulent s'attaquer au marché américain.

Bertrand Girard, à gauche, avec Thierry Blandinières (DR).

Cordier Mestrezat réalise 40 M€ de chiffre d'affaires mais Thierry Blandinières voit beaucoup plus grand et mise d'ici 2018 sur une activité vin consolidée de 280 M€, avec l'intégration de Baarsma Wine. En plus de l'Europe, InVivo vise le grand export et vient de recruter Bertrand Girard, directeur général de Vinadeis, qui a été promu directeur général d'InVivo Wine, avec une mutation à New-York puisque c'est notamment à partir de la "Grosse pomme" que l'état-major d'InVivo va lancer son offensive commerciale en Amérique du Nord.

Vin : 500 M€ de CA visé d'ici 2020

"Nous vendons pour 20 M€ de vin en Amérique du Nord, avec 20 personnes. Notre objectif est de passer à 100 M€ sur ce territoire le plus vite possible, par croissance organique et externe. Ce sera sur la côte ouest ou la côte est" évoque Thierry Blandinières.

La stratégie déclarée consiste à attaquer le marché nord-américain avec un mono-cépage de type Malbec, pour installer la marque Cordier, avant de rentrer dans du plus complexe avec des vins assemblés. InVivo vise pour sa branche vin un chiffre d'affaires de 500 M€ d'ici 2020.

Thierry Blandinières a également confirmé à l'occasion de ce passage à Bordeaux la poursuite des négociations entre les filiales jardineries d'InVivo, Gam Vert et Delbard, avec Jardiland, et détaillé la stratégie du groupe coopératif.

"Les pure player de la jardinerie sont désormais sous la pression des enseignes de la grande distribution qui, comme E.Leclerc, intensifient leur présence sur ce marché. L'autre danger c'est le développement des ventes de produits de jardinerie sur Internet. D'où le mouvement de consolidation à l'œuvre sur ce marché" resitue le DG.

Dans ce contexte InVivo entend s'imposer comme un acteur majeur de la concentration du marché.

Booster l'alimentaire dans les jardineries

Même si les négociations avec Jardiland ne sont pas encore terminées, le directeur général éclaire les grandes lignes directrices de la manœuvre.

"Avec Gam Vert, qui réalise 1,1 Md€ de chiffre d'affaires, notre groupe contrôle déjà le numéro un du marché. L'addition de Jardiland (780 M€ de chiffre d'affaires) et de Delbard (270 M€) va nous permettre de constituer un pôle solide, avec 2,2 Md€ de CA, qui aura la taille critique nécessaire pour faire face aux enjeux, décrypte Thierry Blandinières. En plus des économies d'échelle, poursuit-il, nous allons pouvoir financer de nouveaux métiers".

Le futur pôle jardinerie, inclus dans la branche "retail" du groupe (vente au détail), est appelé à se diversifier davantage dans la vente alimentaire. Cette dernière représente aujourd'hui 10 % du chiffre d'affaires de Gam Vert et se constitue à 60 % de vente de vin. Pour diversifier ses jardineries dans la distribution alimentaire InVivo va les coupler avec son enseigne "Frais d'ici", lancée en 2014. L'injection de davantage d'alimentation dans les jardineries, "où il y a de la place", a selon Thierry Blandinières démontré son utilité pour booster les ventes de produits de jardinerie.

Dans ses axes stratégiques le groupe coopératif veut également développer le commerce en ligne au service des professionnels, en transformant les sites de trading pour les céréales en place de marché, en lien avec les agriculteurs. D'où la création de la plateforme numérique InGrains. Le but étant de permettre aux céréaliers d'avoir une connaissance parfaite des offres faites sur le marché international (en qualité, prix, etc.). Avec la création du pôle Food&Tech InVivo se positionne également dans le domaine de l'innovation dans l'alimentation et le e-business. Avec pour objectif de s'imposer comme un acteur de référence dans l'innovation alimentaire, en répondant aux nouvelles tendances de consommation. Le groupe, qui fait feu de tout bois, annonce aussi de prochaines initiatives dans le lancement de fermes urbaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :