La Nouvelle-Aquitaine prépare un nouveau plan régional pour l’agriculture bio

 |   |  338  mots
La Nouvelle-Aquitaine revendique ainsi la place de leader français dans les productions bio de volailles, céréales, fruits, ovins et caprins...
La Nouvelle-Aquitaine revendique ainsi la place de leader français dans les productions bio de volailles, céréales, fruits, ovins et caprins... (Crédits : DR)
En réflexion depuis près d’un an, un nouveau plan régional de soutien au développement de l’agriculture bio sera présenté en juin par le Conseil régional. En attendant, la Région revoit les modalités d’aides pour répondre à la forte demande des agriculteurs.

L'agriculture bio, victime de son succès ? Toujours est-il que l'enveloppe de 85 M€ de crédits Etat / fonds européens Feader qui était prévue pour accompagner le développement de la filière en Nouvelle-Aquitaine, prévue pour 5 ans, a été quasiment consommée en deux ans. Si elle ne concerne toujours que 200.000 hectares en Nouvelle-Aquitaine (soit 5 % de la superficie agricole), impliquant 4.800 producteurs et 1.500 entreprises de transformation et de distribution, l'agriculture bio a connu une hausse de 20 % des surfaces converties entre 2014 et 2016. La filière bio bénéficie d'un fort engouement de la part des consommateurs, ce qui produit "une aspiration vers la transformation des exploitations", note Alain Rousset, président du Conseil régional. La Nouvelle-Aquitaine revendique ainsi la place de leader français dans les productions bio de volailles, céréales, fruits, ovins et caprins...

Nouveaux arbitrages

Ce fort taux de croissance, également constaté en Occitanie, va entraîner un redéploiement des crédits européens Feader (dont la Région est gestionnaire), à hauteur de 19 M€, afin de financer les contractualisations avec les agriculteurs sur les années 2017 à 2020. La Région va devoir elle aussi mettre la main à la poche, en mobilisant 9 M€ de crédits, alors que initialement ce dossier était financé par Bruxelles et l'Etat. De nouveaux arbitrages ont donc été pris en amont de la déclaration PAC des agriculteurs le 15 mai : les plafonds ont été situés à 18.000 € pour une conversion vers la bio - majorée de 3.000 € pour les nouveaux installés - et à 10.000 € pour le maintien en agriculture biologique pour les 100 % bio et 1.500 € pour les autres.
Ces mesures de court terme seront accompagnées par un plan régional "Ambition bio" qui réunira l'ensemble des actions engagées par la Région et qui sera examiné en juin prochain, à l'occasion de la séance plénière du 26. Il comprendra notamment les questions d'une meilleure organisation de la filière, de l'approvisionnement des cantines des lycées par au moins 20 % de produits issus de l'agriculture biologique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :