Grippe aviaire : la reprise des activités d’élevage est prévue le 29 mai

 |   |  398  mots
Une période de vide sanitaire est prévue du 17 avril au 28 mai dans les départements du Gers, de la Haute-Garonne, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.
Une période de vide sanitaire est prévue du 17 avril au 28 mai dans les départements du Gers, de la Haute-Garonne, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Une période de vide sanitaire sera mise en place du 17 avril au 28 mai dans les élevages de canards de 5 départements du Sud-Ouest. Alors que le nombre de nouveaux cas de grippe aviaire a fortement diminué, le ministère de l’Agriculture a annoncé hier la reprise des activités à partir du 29 mai.

Le ministre de l'Agriculture faisait état le 20 mars dernier de résultats encourageants dans la cadre de la lutte contre la grippe aviaire (virus H5N8). Hier, Stéphane Le Foll a confirmé le calendrier de la remise en place de palmipèdes dans la zone la plus touchée, à savoir le Gers, la Haute-Garonne, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées. L'arrêté a été publié au journal officiel.

Vide sanitaire du 17 avril au 28 mai

La reprise des activités d'élevage de palmipèdes est donc prévue à partir du 29 mai prochain après une période de vide sanitaire de 6 semaines du 17 avril au 28 mai qui permettra d'accélérer l'assainissement de la zone. Ainsi, parmi les mesures exigées, les bâtiments seront nettoyés, désinfectés et maintenus vides pendant une période minimale de vingt-et-un jours. Les parcours de palmipèdes seront également aménagés pour limiter les contacts directs ou indirects avec les oiseaux sauvages. Ensuite, à partir du 29 mai, les responsables des exploitations devront "s'engager par écrit sur l'honneur" à respecter des mesures de biosécurité. Par ailleurs, la reprise des activités d'élevage ne pourra s'effectuer que dans des conditions strictes de dépistage des animaux.

La signature d'un pacte le 13 avril

Le ministre de l'Agriculture tient à rappeler que les obligations particulières dans cette zone réglementée ne portent pas uniquement sur les éleveurs mais que tous les intervenants en élevage et notamment le maillon du transport doivent être impliqués dans la prévention du risque. Les travaux associant l'Etat, les collectivités et les professionnels se poursuivent actuellement pour parvenir à une plus grande sécurisation sanitaire des filières avicoles. Ils devraient aboutir à un pacte sur la prévention et la lutte contre l'influenza aviaire dont la signature est programmée le 13 avril.

Indemnisations en cours

Sur le sujet des indemnisations, le gouvernement rappelle que pour les abattages dans les foyers (dès le 2 février), les premières avances ont été versées à hauteur de 75 % de la valeur marchande des animaux. Le 15 février, le dispositif d'indemnisation des abattages préventifs a également été ouvert et a permis de premiers paiements dès le 16 mars. La prochaine étape concernera le dispositif d'indemnisation des pertes de production pour les éleveurs, avec de premiers paiements d'ici à la fin du mois d'avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :