L’Américain Tom Sullivan veut réformer ses châteaux à Bordeaux

 |   |  515  mots
Vue sur les vignes du Château Moya (DR)
Vue sur les vignes du Château Moya (DR) (Crédits : DR)
Tom Sullivan, devenu propriétaire de domaines viticoles dans le Bordelais depuis fin 2016, refait parler de lui au moment où démarrent les dégustations de vins primeurs. Retour sur une campagne d’acquisitions menées tambour battant.

Le milliardaire américain Tom Sullivan, qui a fait fortune dans le commerce de parquet bois avec Lumber Liquidators (961 M€ de CA), le groupe coté en Bourse qu'il a fondé avec un premier magasin ouvert à Boston en 1994, qui fabrique en Virginie mais distribue aussi des parquets importés aux Etats-Unis à des prix discount, et le commerce de cuisines et salles de bains (Cabinet to Go), revient sur les quatre opérations de rachats de châteaux qu'il a menées dans le Bordelais entre septembre et décembre 2016.

Tom Sullivan a pris tout d'abord le contrôle des châteaux Gaby (appellation Canon-Fronsac), Moya (Castillon-Côtes-de-Bordeaux) et Du Parc (Saint-Emilion grand cru), trois opérations bouclées début septembre, avant de compléter ses emplettes en décembre avec l'acquisition de Château Auguste (Bordeaux Supérieur). Avec ces quatre rachats, Tom Sullivan est devenu le propriétaire de 61,5 hectares de vigne, dont 32 hectares au titre du seul château Auguste, à Saint-Aubin-de-Branne, les autres propriétés affichant des surfaces plus modestes, soit 16 hectares à Château Gaby, situé à Fronsac, 8 hectares pour Château Moya, à Sainte-Colombe, et 5,5 hectares pour Château du Parc, à Saint-Sulpice-de-Faleyrens.

Des rosés à Bordeaux mieux qu'en Provence...

Selon Decanter.com Tom Sullivan aurait acquis les trois premières propriétés moyennant une enveloppe comprise entre 8 et 12 M€. Ses conseillers en communication de la société Bee Bordeaux soulignent que Tom Sullivan a des projets pour ses vins. Il serait ainsi en train de préparer des changements dans le packaging et les circuits de distribution, tout en confirmant la fonction d'hébergement de luxe du château XVIIIe du domaine Gaby. Tom Sullivan ne semble pas pour autant focalisé sur la recherche quasi exclusive d'immobilier de prestige, ce qui a été le cas de la plupart des premiers acheteurs venus de Hongkong ou de Chine continentale.

Tom Sullivan Bordeaux

Tom Sullivan (DR)

Si l'on en croit le site francophone Hebdo.levinlerougelachine.com Tom Sullivan n'a acheté le château Auguste à Steven Meijer, son propriétaire néerlandais, qu'à l'issue d'une dégustation à l'aveugle complètement emblématique.

"Nous recherchions un vignoble de qualité en Provence mais lors d'une dégustation à l'aveugle, qui comprenait 4 rosés de Provence, 4 rosés de Bordeaux et 2 autres rosés sans appellation, nous avons constaté que nos 2 premiers choix étaient des vins de couleur rose clair de Bordeaux. Nous avons été très impressionnés par la qualité du terroir et l'agriculture biologique à Château Auguste qui, selon nous, produiront l'un des meilleurs rosés au monde" a ditTom Sullivan, relate Hebdo.levinlerougelachine.com.

Château Gaby et Château Moya appartenaient de leur côté au gestionnaire d'actifs David D. Curl, canadien et dirigeant de Charlemagne Capital Limited, tandis que Tom Sullivan a racheté le Château du Parc à l'œnologue Alain Raynaud, proche de Robert Parker. La saison des primeurs est de retour dans le Bordelais et Tom Sullivan semble avoir bien choisi le moment pour rappeler qu'il avait désormais un pied bien planté dans le vignoble situé sur la rive droite de la Garonne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :